/sports/golf
Navigation

Une année sabbatique

Anne-Catherine Tanguay veut se ressourcer et prioriser sa famille

Anne-Catherine Tanguay
Photo d’archives, Agence QMI L’athlète québécoise Anne-Catherine Tanguay accrochera ses bâtons le temps d’une année afin de se consacrer davantage à sa famille.

Coup d'oeil sur cet article

Songeant à son avenir depuis plusieurs semaines, comme l’a rapporté Le Journal de Montréal mercredi, Anne-Catherine Tanguay a officiellement annoncé qu’elle prend une année sabbatique loin de la compétition.

Désirant panser ses blessures au dos et à l’épaule qui l’ont ralentie cette saison, la golfeuse québécoise de 28 ans veut faire le plein d’énergie, tant physiquement que mentalement. Elle souhaite également passer plus de temps avec sa famille.

Se disant lessivée après sa première saison complète sur le circuit de la LPGA en 2018, lors de laquelle elle avait disputé 17 tournois, elle l’était tout autant au terme de la présente saison alors qu’elle a participé à 16 événements.

Ayant récemment uni sa destinée à son complice de tous les jours tant dans sa vie personnelle que sur les parcours, Jean-Hubert Trahan, elle espère également fonder sa petite famille.

« Cette décision est une combinaison de plusieurs facteurs. Ma blessure au dos durant l’été en plus de celle à l’épaule qui a nécessité des traitements d’urgence en fin de saison ont rendu les choses beaucoup plus difficiles. C’est aussi une décision personnelle. Je dois mettre de l’ordre dans mes priorités de la vie », a expliqué Tanguay en entrevue téléphonique avec Le Journal de Montréal depuis Québec.

« Le quotidien d’une golfeuse de la LPGA est intense. On oublie parfois le plaisir. On se concentre sur l’entraînement, les performances et les résultats. J’ai joué durant 15 ans, des rangs collégiaux aux pros. »

« C’est important de bien doser pour avoir une vie équilibrée, a-t-elle poursuivi. On fait l’erreur de jouer trop de tournois consécutifs. C’est un véritable engagement qui est très exigeant. »

Pas de Jeux olympiques

Avant de rendre son verdict final, l’athlète a évidemment sondé ses proches, ses amis, ses entraîneurs de l’équipe nationale. Elle dit avoir obtenu leur soutien inconditionnel.

À l’aube de l’année olympique, elle ne regrette pas sa décision, même si elle pouvait épauler Brooke Henderson dans l’uniforme canadien à Tokyo l’été prochain. Elle a considéré l’opportunité, mais elle devait s’investir pleinement dans l’année à venir. Ce qui allait à l’encontre de ses désirs personnels.

En faisant l’impasse sur la série de qualification finale (Q-Series) la semaine prochaine, à Pinehurst, elle laisse son statut à temps plein l’an prochain. Néanmoins, en vertu de son 130e rang chez les boursières 2019, elle pourra participer à certains tournois selon les listes de priorités établies.

La porte n’est donc pas complètement fermée si jamais elle s’ennuie de la compétition et de ses bâtons. Pour l’instant, elle ne s’impose aucun échéancier dans sa sabbatique.

Fierté

Au terme de ses deux saisons complètes et ses 46 tournois en carrière sur le circuit de la LPGA depuis 2013, Tanguay se dit fière de ce qu’elle a accompli.

« J’ai tout donné à l’entraînement et à la compétition. J’ai vécu des expériences extraordinaires. Je ressens un grand sentiment d’accomplissement. Je garde des souvenirs positifs. Je crois avoir aussi inspiré la relève. »

Annonçant cette année sabbatique quelques jours après l’avis de retraite de Maude-Aimée LeBlanc, Tanguay estime que ce n’est pas un jour sombre pour le golf féminin québécois. Elle voit d’un bon œil la relève avec les Valérie Tanguay, Céleste Dao, Lydia St-Pierre et cie.

Tanguay prendra les prochains mois pour décompresser. Avec des diplômes en gestion et comptabilité, elle cognera à la porte du monde des affaires dans la région de la capitale nationale. Son conjoint rejoindra les rangs de l’Académie de golf Fred Colgan.


► Anne-Catherine Tanguay sur le circuit de la LPGA

 

  • Deux saisons complètes : 2018 et 2019
  • Première présence : Omnium canadien 2013
  • Nombre de tournois : 46
  • Couperets résistés : 19
  • Meilleur résultat : 11e rang à la Classique ShopRite 2019
  • Nombre de rondes : 125
  • Rondes sous la normale : 44
  • Meilleure ronde : 66 (-6) à
  • l’Omnium canadien 2019 et
  • l’Omnium de Victoria 2019
  • Pointage moyen : 73,3 coups
  • Nombre d’oiselets : 380
  • 2017 : a gagné sa carte à temps de la LPGA en terminant au 8e rang de la course à la carte Volvik, sur le circuit Symetra
  • Diplômée de l’Université d’Oklahoma