/news/elections
Navigation

Au Québec, libéraux et bloquistes au coude-à-coude

Coup d'oeil sur cet article

Les bloquistes arrivent à égalité avec les libéraux dans les intentions de vote au Québec pour le scrutin fédéral et ils semblent avoir la mainmise sur les bastions de la Coalition avenir Québec, aux dépens des conservateurs.

Un sondage Léger-TVA dévoilé jeudi accorde 31 % des intentions de vote des électeurs québécois tant aux troupes d’Yves-François Blanchet qu’à celles de Justin Trudeau. Les conservateurs, en recul dans la province, recueillent 16 % d’appui, suivis des néo-démocrates (14 %), des verts (6 %) et du Parti populaire de Maxime Bernier (2 %).

«Le Bloc a marqué des points un peu partout. Il a reconquis les bastions caquistes», a commenté le sondeur Jean-Marc Léger.

Le coup de sonde mené auprès 3003 électeurs de la Belle Province démontre en effet qu’une vaste proportion de sympathisants du parti du premier ministre québécois François Legault converge vers le Bloc québécois. Parmi les électeurs qui appuient la CAQ, 39 % penchent pour le Bloc, 23 % pour le PLQ et seulement 22 % pour le parti d’Andrew Scheer.

«Les conservateurs pensaient qu’ils pouvaient séduire les électeurs de la CAQ puisque c’est un parti de centre droit comme le Parti conservateur, mais je pense que la montée du Bloc est un obstacle presque insurmontable pour eux», a analysé le politologue Daniel Béland, directeur de l’Institut d’études canadiennes de McGill.

Un autre expert croit aussi que les troupes d’Andrew Scheer montrent des signes de faiblesse.

«On peut dire que la campagne n’a pas décollé pour eux au Québec, a soutenu François Rocher, de l’Université d’Ottawa. Le corridor énergétique n’a probablement pas aidé parce que le message était assez clair qu’il pourrait y avoir un pipeline que les Québécois le veuillent ou non.»

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Chaudes luttes

Si le sondage Léger confirme une nette remontée du Bloc, il démontre aussi que le sort de l’élection n’est pas joué, à quelques jours du scrutin. Plusieurs luttes à trois se profilent, notamment dans l’Est-du-Québec. Le Bloc y devance les libéraux (32 % contre 29 %) et les conservateurs suivent de près à 24 %.

Le parti d’Andrew Scheer mène toujours dans les intentions de vote des électeurs de la Capitale-Nationale. L’écart avec les troupes d’Yves-François Blanchet n’y est toutefois plus que de six points de pourcentage.

Notons que le Bloc cumule la majorité des appuis dans la plupart des régions du Québec comme en Montérégie, ainsi que dans les Laurentides et dans Lanaudière. Les libéraux gardent pour leur part leur emprise sur l’île de Montréal et l’ouest du Québec.

Blanchet ne se réjouit pas trop vite

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet s’est toutefois bien gardé de se montrer trop optimiste, jeudi. «On est contents que ça aille bien et on va continuer de travailler avec la même énergie et candeur pour continuer à faire des propositions jusqu’à la toute fin de la campagne électorale», a-t-il dit en entrevue.

S’il reconnaît que ce sondage vient consolider la montée de son parti déjà remarquée depuis plusieurs semaines, il reste prudent. «Ce ne sont pas les sondages qui établissent les gagnants d’une élection, ce sont les électeurs», a-t-il ajouté.

M. Béland souligne par ailleurs qu’un important pourcentage de la population québécoise est indécis ou volatil. Le sondage Léger note que 28 % des électeurs de la province qui accordent déjà leur appui à un parti pourraient changer leur fusil d’épaule d’ici à lundi, jour de scrutin.

«Quand on dit que 52 % des gens qui disent vouloir voter pour le Parti vert vont peut-être changer d’avis, c’est beaucoup, de même que 39 % pour le NPD», a relevé le politologue, en ajoutant que ces appuis risquent de tomber dans la cour des libéraux.