/portemonnaie/job
Navigation

Éprouvant, mais inoubliable: 4 personnes racontent leur expérience comme G.O dans un tout inclus

Éprouvant, mais inoubliable: 4 personnes racontent leur expérience comme G.O dans un tout inclus
Crédit: Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’hiver interminable qui s’en vient, l’idée d’avoir une job au soleil les deux pieds dans le sable à divertir des touristes semble alléchante.

Pour savoir ce qu’implique vraiment d’être un Gentil Organisateur (G.O) dans un tout inclus, on a demandé à des travailleurs du milieu de nous raconter leur expérience.

Spoiler : c’est pas toujours aussi incroyable que ça en a l’air.

Noémie, G.O pendant 3 mois 

J’ai été engagée pour compléter le contrat d’une personne qui avait été congédiée. Comme un contrat dure habituellement 6 mois, je n’avais que la moitié à faire.

C’était parfait pour moi puisque je n’avais plus aucune motivation à l’école et je cherchais quelque chose qui me permettrait de voyager tout en faisant un peu d’argent.

Éprouvant, mais inoubliable: 4 personnes racontent leur expérience comme G.O dans un tout inclus
Crédit: Adobe

Je devais m’occuper des 1 à 3 ans de 7h à 17h. Ensuite, je faisais un shift de 18h à 2h du matin au restaurant du complexe.

Je me suis rapidement trouvée à faire des journées de 15-16 heures 6 jours par semaine.

Et comme le boss ne m’aimait pas, j’avais souvent moins de pauses que les trois prévues à l’horaire quotidiennement.

Niveau salaire, je gagnais environ 800$ par mois. Ce n’est vraiment pas énorme, mais au moins j’étais logée et nourrie.

J’ai trouvé qu’il y avait aussi une culture du sexe assez débridée entre les G.O. Des dortoirs se transformaient littéralement en salle d’orgie plusieurs soirs par semaine.

Au début, on venait cogner à ma porte 3 à 4 fois en quelques heures pour me demander si je voulais me joindre à la partouse.

Évidemment, je déclinais l’offre toujours un peu gossée. À un moment donné, on a compris le message et on m’a laissé tranquille.

Il y avait également des G.O qui couchaient tous les soirs avec des touristes. Certains d’entre eux revenaient même une fois par mois pour coucher avec leur G.O préféré.

À la fin de mon contrat, j’aurais pu négocier pour allonger mon séjour de 6 mois, mais mon boss et moi avons décidé que c’était mieux si je finissais ça là.

Avec du recul, oui j’ai vécu des moments difficiles, mais j’ai vraiment eu des beaux moments et j’ai rencontré des amis pour la vie.

Éprouvant, mais inoubliable: 4 personnes racontent leur expérience comme G.O dans un tout inclus
Crédit: Unsplash

 

Sébastien, travailleur dans les tout inclus depuis 4 ans

Quand j’ai postulé, je cherchais un emploi qui m’amènerait une expérience de vie hors du commun et qui me permettrait d’échapper à l’hiver canadien.

J’ai commencé comme animateur pour les adolescents. Je me suis découvert une réelle passion à rendre les gens heureux et je me sentais bien dans ce genre d’environnement.

Mon expérience s’est finalement transformée en vocation. J’entame actuellement ma huitième saison.

J’usqu’à maintenant, j’ai passé par Punta Cana, les îles Turques et Caïques, les Bahamas et Ixtapa au Mexique. J’aspire à être directeur général, ou chef de village comme on l’appelle ici, dans un futur proche.

Évidemment, c’est pas toujours facile. On travaille 6 jours sur 7, faut être on 16 à 18 heures par jour et le salaire n’est pas très élevé. Mais ça fait partie de la game.

Pour moi, c’est plus un style de vie qu’un travail et je pense que pour se sentir à l’aise dans cet univers, il faut le voir comme ça.

Kevin, G.O pendant 3 mois

J’étais animateur de camp de jour pendant l’été et je me suis dit que ça serait une nouvelle manière de faire un métier que j’aimais déjà.

En plus, j’avais un ami qui était embauché dans un tout inclus donc ça m’a motivé à faire le saut.

Je me suis fait engager pour m’occuper des 14-17 ans sur le resort.

Même si nos journées étaient chargées, j’ai rapidement vécu le syndrome du jour de la marmotte.

Les tâches étaient assez répétitives et les semaines ont fini par se ressembler énormément. Trois mois, c’était ben en masse pour moi.

À la lumière de mon expérience, je peux affirmer une chose : certaines rumeurs sur les tout inclus sont fondées.

- Les G.O doivent constamment faire des crazy signs, des chorégraphies en groupe ultra quétaines, pour divertir les clients. Sans parler des mauvais spectacles pour montrer que les G.O ont du fun.

- Le sexe est omniprésent et les critères de sélection sont bien différents qu’à la maison.

- On se sent dans une secte, mais avec quasiment juste les bons côtés.

 

Natacha, G.O de 2014 à 2017

Je venais de terminer une année en enseignement au primaire et j’ai décidé d’aller cueillir des fruits dans l’Ouest canadien pendant l’été.

J’ai rencontré des voyageurs qui avaient un mode de vie alternatif et ça m’a incité à essayer de nouvelles expériences.

Je me suis faite engagée comme lifeguard et animatrice pour les activités sportives sur un resort. J’ai ensuite eu un poste sur un bateau de croisière pour m’occuper des enfants et des ados.

Ça a été une période de ma vie assez rocambolesque avec plusieurs ups and downs.

Ce que j’ai trouvé le plus dur, ça a été d’être avec les gens non-stop du matin au soir. Je n’avais jamais l’occasion d’être dans ma bulle et la première année j’ai fait une overdose de PR.

Mais avec le temps, j’ai appris à prendre des moments pour moi et à doser mes interactions sociales.

Mon conseil pour quiconque souhaite s’aventurer dans cette job-là : il ne faut pas arriver là en se disant qu’on va faire le party et se la couler douce parce que si c’est le cas, on ne restera pas longtemps.

Faut être prêt à travailler fort et à tout donner. Au final, ça vaut la peine.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux