/news/green
Navigation

Tempête parfaite pour ruiner une journée

Plus de 60 millimètres de pluie sont tombés sur Montréal hier et des vents ont soufflé jusqu’à 75 km/h

Coup d'oeil sur cet article

Pluies diluviennes, forts vents, travaux majeurs et fermetures inattendues, tous les ingrédients étaient réunis hier matin pour rendre la vie pénible aux automobilistes pris dans le centre-ville de Montréal.

« Ça a été une heure de pointe difficile, il n’y a pas de doute. [...] L’accumulation de tous ces problèmes a occasionné des délais », remarque le chroniqueur circulation du 98,5 FM, Marc Brière, ajoutant que le casse-tête routier d’hier rappelait ceux causés par les grosses tempêtes de neige.

Plus de 60 mm de pluie sont tombés sur la métropole, alors que la normale pour le mois d’octobre au complet est de 90 mm, souligne Environnement Canada. Des puisards bloqués ont inondé des artères clés du réseau routier, comme l’autoroute 20 où des voies ont dû être fermées une bonne partie de la journée.

Rafales

Des rafales atteignant 75 km/h ont secoué le ciel montréalais, déracinant plusieurs arbres, cassant des branches et bloquant ainsi la circulation à divers endroits.

« Comme il y a encore des feuilles dans les arbres à ce temps-ci de l’année, elles créent une plus grande résistance au vent. L’arbre subit une plus grande pression, ce qui fait tomber des branches », explique Simon Legault, d’Environnement­­­ Canada.

Des pancartes électorales sont même parties au vent.

Plus de 100 000 clients d’Hydro-Québec, la plupart en Montérégie et sur l’île de Montréal, ont été privés d’électricité, une autre conséquence du mauvais temps et des arbres tombés sur les fils.

Comme si le cocktail météo ne suffisait pas, une fenêtre menaçant de se fracasser sur les piétons et les automobilistes a forcé la fermeture d’un large périmètre au centre-ville.

Tôt hier matin, les pompiers ont été avisés qu’une fenêtre fissurée battait au vent au neuvième étage de la résidence pour étudiants Evo, à l’angle de la rue Saint-Antoine et du boulevard Robert-Bourassa.

La résidence n’a pas rappelé Le Journal hier.

Sans oublier les chantiers

Des automobilistes ont déploré le manque de policiers à certaines intersections.

Inévitablement, la fermeture d’une artère aussi achalandée en pleine heure de pointe est lourde de conséquences, rappelle l’agent Manuel Couture, de la police de Montréal. Il n’était cependant pas en mesure de préciser quels effectifs avaient été déployés par le corps policier hier.

C’est sans compter les travaux qui se poursuivent autour de l’échangeur Turcot et ceux d’urgence de la conduite principale d’eau potable près du même secteur.

« Les voitures sont de plus en plus grosses et de plus en plus vides », souligne la titulaire de la Chaire Mobilité à l’école Polytechnique, Catherine Morency.

Le réseau montréalais est déjà si saturé que le moindre problème inattendu ne peut qu’empirer la congestion. D’où l’importance d’investir massivement dans le transport en commun, dit-elle.

Fenêtre menaçante

Photo Chantal Poirier

Une fenêtre au 9e étage de la résidence pour étudiants Evo, à l’angle de la rue Saint-Antoine et du boulevard Robert-Bourassa, a menacé de se fracasser, hier. Selon Louise Desrosiers, du Service de sécurité incendie de Montréal, la fenêtre de 400 lb était fissurée, battait au vent et menaçait la sécurité des piétons et des automobilistes. La cause du bris est inconnue.

Arbre déraciné

Photo Maxime Deland

Les vents violents et la pluie ont causé des dommages aux arbres dans de nombreux secteurs de la métropole. Un arbre est notamment tombé sur une voiture en emportant dans sa chute des fils électriques rue William-David, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Parapluie volant

Photo Joël Lemay

Les 60 mm de pluie qui sont tombés sur Montréal et des rafales allant jusqu’à 75 km/h ont donné du fil à retordre aux piétons.

Trafic

Photo Maxime Deland

La circulation a été particulièrement pénible au centre-ville à la sortie de l’autoroute Bonaventure. L’heure de pointe matinale s’y est étirée jusqu’en début d’après-midi.

L’A20 inondée

Capture écran

L’autoroute 20 a été inondée une bonne partie de la journée d’hier en raison des fortes pluies. Un porte-parole du ministère des Transports a indiqué qu’un système de rétention permanent sera installé à l’été 2020 dans ce secteur, ce qui empêchera ce genre de phénomène de se reproduire lorsqu’il y a d’importantes averses.