/news/currentevents
Navigation

«J.E» se penche sur un crime impuni dans Chaudière-Appalaches

Coup d'oeil sur cet article

«Elle m'a dit "je t'aime" et moi aussi. Ç’a été la dernière fois que je lui ai parlé, jamais je n’aurais pensé que c'était la dernière fois que je lui parlerais».

C'est avec émotion qu'Emanuel Mercier et son frère François racontent pour la toute première fois comment ils ont vécu le meurtre de leur mère. Lucie Castonguay a été retrouvée morte dans sa résidence de Saint-Fabien-de-Panet, dans Chaudière-Appalaches en décembre 1999, 3 jours après avoir été assassinée. Ses fils avaient alors 17 et 20 ans.

Vingt ans après le crime, les enfants de Lucie Castonguay ne savent toujours pas qui a tué leur mère. «On veut savoir ce qui lui est arrivé et pourquoi. Ce n'est pas pour de la vengeance, c'est pour que justice soit rendue et pour qu'on puisse enfin faire notre deuil», explique François Mercier.

Leur père a été suspecté par les policiers, mais aucune accusation n'a été portée. «On lui a demandé de passer le détecteur de mensonges, mais il ne l'a jamais fait», déplore Emanuel Mercier.

Ce soir, J.E replonge dans cette longue et difficile enquête menée par la Sûreté du Québec. «Même après toutes ces années, pour la famille, je souhaite que cette enquête avance et aboutisse sur des accusations», lance Arold Bernatchez, l'ancien enquêteur au dossier, aujourd'hui retraité. J'espère que la diffusion de l'émission amène de nouvelles informations afin d'aider l'unité des crimes non résolus.»

Vous entendrez le récit troublant d'une famille brisée, d'un village ébranlé. Est-ce que l'ex-mari de Lucie Castonguay sait quelque chose? Ne manquez pas J.E jeudi dès 21 h sur les ondes de TVA.