/qubradio
Navigation

Une candidate libérale n'exclut pas la mairie de Trois-Rivières

Valérie Renaud-Martin, candidate libérale, Trois-Rivières
Antoine Robitaille Valérie Renaud-Martin, candidate libérale, Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

La candidate libérale dans Trois-Rivières, Valérie Renaud-Martin, n'exclut pas de se présenter à la mairie de sa ville si les choses ne se déroulaient pas comme elle le souhaiterait le soir du 21 octobre. 

«Pour l'instant, je me concentre sur la campagne fédérale», a laissé tomber Valérie Renaud-Martin, en entrevue à l’émission Là-haut sur la colline sur Qub Radio. 

Il faut dire que la politique municipale est un naturel pour celle qui est conseillère municipale à Trois-Rivières depuis 2017. 

«Au fédéral, j'y voyais une opportunité d'en faire plus pour ma ville. Et ce goût-là, d'en faire plus pour les gens, sera toujours présent» a précisé Valérie Renaud-Martin. 

«Il n'y a pourtant pas de tradition libérale à Trois-Rivières», a fait cependant remarquer l'animateur Antoine Robitaille. 

Or, Valérie Renaud-Martin croit en ses chances.  

  • ÉCOUTEZ Valérie Renaud-Martin à Là-haut sur la colline à QUB radio:   

  

Elle rappelle qu'il y a déjà eu, dans un lointain passé, une vague libérale dans la circonscription et qu'il n'est pas impossible qu'il y en ait une autre cette année. 

À propos de son adversaire, Yves Lévesque  

À titre de conseillère municipale, Valérie Renaud-Martin a côtoyé celui qui est aujourd’hui son adversaire conservateur, l’ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque. 

«Ma relation professionnelle s'est terminée avec Yves Lévesque le jour où il a décidé de quitter la vie politique. Donc je ne connais pas la suite des choses, qu'est-ce qui l'a poussé à se présenter pour le Parti conservateur alors qu'il avait bien dit en 2015 que jamais il se présenterait pour le Parti conservateur. Alors, ce sera à lui d'expliquer ses raisons», a affirmé la candidate libérale. 

Elle remarque d’ailleurs que plusieurs citoyens remettent en question le choix de leur ancien maire, qui a démissionné de son rôle de premier magistrat en décembre 2018. 

Chose certaine, la lutte sera chaude dans cette circonscription, présentement détenue par le NPD et qui est aussi convoitée par le Bloc. 

• À lire aussi: Enlevante lutte à trois à Trois-Rivières  

Mme Renaud-Martin, elle, estime que le Parti libéral est la seule formation politique en mesure de réaliser un train à haute fréquence qui passerait par Trois-Rivières. 

«On sait que les conservateurs veulent faire des coupures, donc ici à Trois-Rivières on a cette crainte-là d'un retour en arrière. On [le Parti libéral] veut continuer à faire des investissements. On a besoin d'investissements pour nos infrastructures et pour développer des secteurs stratégiques qui vont nous amener des emplois», a-t-elle conclu. 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions