/sports/fighting
Navigation

Ce qui a changé en Steven Butler

Ce qui a changé en Steven Butler
Capture d'écran TVA Sports

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les 20 heures de vol et les 13 heures de décalage horaire, Steven Butler et son promoteur Camille Estephan tenaient à se rendre au Japon pour l'annonce officielle de son combat contre Ryota Murata.

Tout comme ce voyage, la route a été longue pour Butler depuis 2017. Le Québécois estime être aujourd’hui un bien meilleur boxeur qu’à l’époque de sa défaite contre Brandon Cook.

Preuve qu'il est sur la bonne voie : le boxeur de 24 ans tentera de soutirer le titre de la World Boxing Association (WBA) à Murata le 23 décembre prochain.

«Contre Murata, il va falloir être patient, a évalué Butler vendredi, à son retour au pays. C’est la patience que je n’avais pas contre Cook.»

Les conditions optimales

Ne cherchez pas Butler au cours des prochaines semaines. Il mettra toutes ses énergies dans sa préparation.

«On fait les sacrifices dans le gym, mais dans la vie de tous les jours tu dois faire les bons choix. Mon mode de vie, mon entourage, la récupération... Maintenant, je fais en sorte que tout soit à 100%», a dit Butler.

Son équipe croit que sa victoire à l'arraché contre Vitali Kopylenko, il y a quelques mois, l'a préparé pour ce duel de championnat du monde.

«Il a eu à gérer une chute au plancher, à trouver des solutions pour revenir fort et gagner, s’est souvenu son entraîneur Jean-François Bergeron. S’il n’était pas revenu fort au 10e round, il perdait ce combat-là. Sur le coup, on était un peu déçus, mais quand tu regardes ça aujourd’hui, c'était probablement la meilleure préparation pour Steven.»

Rénald Boisvert abonde dans le même sens que Bergeron, avec qui il partage la tâche d’entraînement de Butler. «Il va avoir un travail mental à faire parce qu’il devra faire une grosse gestion d'énergie. Murata, ce n'est pas un adversaire facile. Si jamais ça s’étire, Steven va devoir conserver des énergies pour la fin.»

Une pensée pour Day

Butler ne cache pas qu'il a été ébranlé par le décès de son ami Patrick Day. L'Américain a succombé à ses blessures après avoir livré un furieux combat le week-end dernier.

«La boxe, c’est dangereux, a constaté le Québécois. Quand tu as des enfants, tu veux mettre tout de côté pour voir tes enfants le lendemain, ça rentre plus [dans l'équation]. Il faut que je fasse les sacrifices aux bons endroits.»

Butler va bénéficier d'un camp d'entraînement de 10 semaines avant de s'envoler vers Tokyo.