/sports/fighting
Navigation

Concentrée sur Suarez

Ogleidis Suarez
Photo d'archives Ogleidis Suarez

Coup d'oeil sur cet article

PHILADELPHIE | Marie-Ève Dicaire est dans une situation que d’autres champions ont déjà vécue dans le passé. Elle a un combat contre Ogleidis Suarez, le 23 novembre, au Centre Vidéotron. Toutefois, on parle déjà de son combat suivant, soit une unification avec la championne WBA Hanna Gabriels qui devrait être présentée en mars 2020.

C’est un piège et Dicaire est consciente qu’elle doit tout faire pour l’éviter.

« J’ai déjà perdu un tournoi de karaté parce que je pensais trop en fonction de la finale et non à mon combat, a expliqué la championne IBF des super-moyennes. Je travaille sur cet aspect avec mon psychologue sportif.

J’ai un travail à faire contre Suarez avant de penser à Gabriels. J’y vais un combat à la fois et même un round à la fois. On pourrait même dire un coup à la fois. »

Ce sera difficile de ne pas y penser. Et la raison est simple. Gabriels fera les frais de la demi-finale lors de la soirée du Groupe GYM.

On peut penser que la table pour le combat d’unification sera mise à la fin du gala. Par contre, une chose à la fois.

Des critiques contre Suarez

Il y a une chose qui chatouille la boxeuse québécoise. Ce sont les critiques à l’endroit de sa prochaine adversaire.

« Je me souviens du combat contre Paty Ramirez. À ce moment-là, les gens disaient à Stéphane (Harnois) que je n’étais pas prête, a expliqué Dicaire avec sa franchise habituelle. Suarez est 100 fois meilleure que Ramirez.

Je ne suis pas la seule à vivre ce type de critique des amateurs. C’est aussi le cas de David Lemieux (avec Max Bursak). On ne donne pas assez de crédit au travail de préparation qu’on fait dans le gymnase pour remporter la victoire.

Les boxeuses comme Suarez sont rusées et elles peuvent te faire mal paraître. Ce n’est jamais gagné d’avance. »