/news/politics
Navigation

Encore des millions $ pour Rendez-vous santé Québec

Des employés seront embauchés pour en faire la promotion auprès des médecins

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé la semaine dernière qu’il ira de l’avant avec le déploiement du RVSQ, même si seulement 10 % des médecins du Québec y adhèrent, deux ans après son lancement. 
Photo d’archives, Simon Clark Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé la semaine dernière qu’il ira de l’avant avec le déploiement du RVSQ, même si seulement 10 % des médecins du Québec y adhèrent, deux ans après son lancement. 

Coup d'oeil sur cet article

Devant l’absence d’adhésion des médecins, Québec investira environ 16,6 M$ au cours des deux prochaines années pour faire la promotion de Rendez-vous santé Québec, créé au coût de 5,7 M$ pour concurrencer le service privé Bonjour-santé.

La somme – estimée à 6,3 M$ cette année et 10,3 M$ l’an prochain – servira à embaucher de nouvelles ressources dans chacun des 22 CISSS et CIUSSS du Québec.

Celles-ci auront le mandat de «faire des démarches auprès des cliniques de première ligne afin de leur présenter RVSQ et de les soutenir dans son utilisation», explique une porte-parole du ministère de la Santé, Marie-Claude Lacasse.

Le ministère n’a pas été en mesure de préciser combien de postes seront créés. «Chaque établissement va avoir au moins une personne, mais ça peut varier selon le territoire à couvrir ou le déploiement dans le réseau», explique Mme Lacasse. Les sept CISSS et CIUSSS qui ont répondu aux questions de notre Bureau parlementaire affirment avoir embauché deux ou trois personnes.

Peu d’enthousiasme

Créé en 2017, le RVSQ permet de prendre rendez-vous en ligne gratuitement pour voir un médecin. Mais le système suscite peu d’enthousiasme. Seulement 69 cliniques y ont adhéré, ce qui représente 10 % des médecins de la province.

Selon la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, les médecins de famille sont rebutés par l’impossibilité pour les citoyens de prendre un rendez-vous par téléphone. De plus, le système informatique ne serait pas compatible avec ceux des cliniques.

Pendant ce temps, Bonjour-santé affirme que 1000 cliniques sont abonnées à son service privé, et payant, créé en 2012.

La nouvelle directive de Québec se traduira différemment selon les régions. À Québec, le CIUSSS de la Capitale-Nationale embauchera trois personnes pour des contrats de deux ans : soit un chargé de projet, un archiviste médical et un technicien en administration. Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, lui, créera deux postes.

Le ministère précise qu’«à moyen terme», ces employés se verront confier d’autres tâches pour faciliter l’accès aux soins de première ligne.

Un système à 10 M$

Les dépassements de coûts s’accumulent dans le dossier du RVSQ. Annoncé au coût de 4,5 M$ en 2017, il a déjà coûté 5,7 M$ à ce jour.

La semaine dernière, devant l’absence d’adhésion des médecins, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, a annoncé que Québec injectera un autre 5 M$ pour en améliorer les fonctionnalités, portant la note à un total approximatif de 10 M$.

Toujours plus cher

  • Coût annoncé au départ : 4,5 M$
  • Montant dépensé à ce jour : 5,7 M$
  • Total prévu : 10 M$
  • Entretien annuel : 1,4 M$
  • Somme prévue pour la promotion : 16,6 M$