/finance
Navigation

Internet haute vitesse: Québec investit 100 millions $ pour desservir les régions éloignées

Internet haute vitesse: Québec investit 100 millions $ pour desservir les régions éloignées
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

SHAWINIGAN – Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi, à Shawinigan, qu’il dégageait une enveloppe de 100 millions $ pour améliorer l’accès à internet haute vitesse en régions éloignées. 

Ce montant est disponible pour tous les projets qui visent à améliorer les infrastructures numériques dans les régions qui sont présentement desservies seulement en partie par l’internet à haut débit. 

«Le gouvernement du Québec déploie des efforts considérables pour encourager les entrepreneurs à investir dans les nouvelles technologies et à accroître leur productivité. Si l'on souhaite que nos entreprises soient compétitives et innovantes, nous devons à tout prix leur fournir les outils qui favoriseront leur réussite», a soutenu le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, par communiqué. 

Ces projets «Régions branchées» pourront être réalisés dès maintenant, sans avoir eu l’approbation du gouvernement fédéral ou du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), car ils sont jugés prioritaires. Selon Québec, ils permettront d’offrir un service internet à haute vitesse à 70 000 foyers et à plusieurs milliers d’entreprises. 

Les élus locaux et les fournisseurs internet sont appelés à participer au processus d’appel de projets. Déjà, Vidéotron a indiqué qu’elle comptait en être partie prenante. 

«Il est vital pour toutes les régions du Québec d’avoir un accès internet haute vitesse pour assurer leur croissance économique et leur développement», a dit Jean-François Pruneau, président et chef de la direction de Vidéotron. 

Bell, par l’entremise de son vice-président, connectivité et fiabilité, Nicholas Payant, a indiqué que l’entreprise «est favorable aux partenariats avec les gouvernements en vue d'étendre les services large bande à des régions qui ne peuvent pas bénéficier uniquement d'investissements privés». 

Du côté de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), le plus grand regroupement de petites et moyennes entreprises au pays, on se réjouit aussi de cette annonce, qui répond à un besoin criant, rappelle-t-on. 

«Nous sommes au 21e siècle et plus d’une PME sur deux nous dit ne pas être branchée à une connexion internet plus performante en raison de l’absence d’une meilleure offre dans leur région», a mentionné Simon Gaudreault, directeur principal de la recherche nationale à la FCEI. 

La FCEI constate cependant qu’aucune initiative n’a été lancée pour améliorer le réseau cellulaire dans l’Est-du-Québec, où l’accès au réseau sans-fil reste difficile. 

Première étape 

L’appel de projets «Régions branchées» est la première phase du programme du gouvernement Legault pour améliorer l’accès à internet en régions éloignées. 

Le second volet, un autre appel de projets, devrait être lancé après les élections fédérales, en partenariat avec Ottawa, tel qu'il a été annoncé dans le dernier budget fédéral. 

La troisième partie du programme vise à appuyer ceux qui auront soumis un projet devant le CRTC. 

En tout, Québec prévoit investir 400 millions $ dans l’ensemble de ce programme sur les prochaines années.