/opinion/columnists
Navigation

Le perdant? Justin Trudeau

Le présomptueux Trudeau a perdu son pari.
Capture d’écran TVA Nouvelles Le présomptueux Trudeau a perdu son pari.

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau se retrouvera lundi, dans le meilleur des cas, à la tête d’un gouvernement minoritaire ou alors défait.

Le présomptueux Justin a perdu son pari. Fini la mini-version de la trudeaumanie. L’héritier de Pierre Elliott Trudeau n’aura pas été capable d’obtenir un second mandat à la tête du Canada.

Il a eu beau décréter que le pays était désormais postnational, sa défaite ou sa réélection minoritaire reposeront en grande partie sur les irréductibles nationalistes québécois. Le dieu de la modernité politique canadienne est ainsi déboulonné.

Farandole

Son règne débuté avec une orgie de selfies s’est poursuivi dans une farandole de déguisements, au point de briser son image de séducteur mignon, néanmoins féministe, qu’il a imposée à travers la planète.

Ses déclarations diverses, fruit d’un comité de stratèges politiques de haute voltige peu enclins à pratiquer l’humilité, mais plutôt attirés par la politique spectacle, ont fini par semer le doute dans l’esprit de nombre de citoyens.

Plus grave encore, le fait de faire son mea culpa avec des sanglots dans la voix devant certaines communautés culturelles religieuses ou ethniques, choisies en fonction de ses propres intérêts ou de son cœur sensible, a suscité des doutes chez d’autres groupes de victimes de la méchanceté d’exploiteurs méprisables qui se sentent négligés par lui.

Le premier ministre a perdu des plumes, sans jeu de mots, aux yeux des autochtones. N’oublions pas que la démission fracassante de la ministre Jody Wilson-Raybould, en février, a été perçue fort négativement par ces derniers. Même si Justin Trudeau justifiait sa décision politique de se débarrasser de sa ministre, il aurait dû savoir que cette figure majeure du combat autochtone, qu’il avait nommée, ne nous le cachons pas, parce qu’elle était femme et autochtone, lui liait en quelque sorte les mains. La discrimination positive que prône le premier ministre multiculturaliste est à ce prix.

Débarquement

Le chef du PLC prend les Québécois pour des idiots, disons-le clairement. Devant le résultat des sondages dévastateurs pour lui, il est débarqué mercredi à Montréal avec un nombre impressionnant de ministres et de candidats pour mettre en garde les électeurs francophones – les Anglos lui étant déjà acquis en quasi-majorité.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Il annonce que le français ne sera plus protégé sans lui au pouvoir. Il répète qu’il est en faveur de la laïcité, mais on sait qu’il interviendra « si nécessaire » pour contester la loi 21. De plus, il assure que son gouvernement est « aligné avec les valeurs des Québécois ». C’est à voir.

Son multiculturalisme est à l’extrême opposé du nationalisme des Québécois. Comme son père avant lui, Justin Trudeau exècre ce qu’il perçoit comme intolérance, discrimination et fermeture aux autres. Il vit le nationalisme comme une excroissance visqueuse qui entache la démocratie anglo-canadienne.

Justin Trudeau sort plus qu’affaibli de cette campagne. Il se révèle tel qu’en lui-même : un poids léger qui a besoin d’Obama pour nous dire comment voter. Il dit la chose et son contraire. Il croit incarner le progrès, mais il le confond avec les modes du moment, des modes vite dépassées.