/portemonnaie/job
Navigation

Pour les femmes, le problème n’est plus le plafond de verre, mais un échelon brisé selon une étude

Pour les femmes, le problème n’est plus le plafond de verre, mais un échelon brisé selon une étude
Crédit: Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Longtemps, on croyait que le problème professionnel des femmes résidait dans un plafond de verre. Aujourd’hui, ce serait moins le cas, rapporte une récente étude de la firme de conseil McKinsey et de LeanIn.org.

Celle-ci s’est basée sur cinq années de recherche dans 590 compagnies employant plus de 22 millions de personnes. Deux résultats majeurs en ressortent.

Bien que plus de femmes atteignent des fonctions à haute responsabilité, elles restent sous-représentées. Ensuite, le problème se trouverait moins dans le fameux plafond de verre que dans un échelon brisé sur leur cheminement de carrière.

Le principal obstacle professionnel pour les femmes se trouverait au niveau de la promotion au rang de gestionnaire. Pour 100 hommes engagés et promus au rang de manager, seules 72 femmes le sont.

Ainsi, ce serait à la première étape de leur ascension professionnelle que les femmes trouveraient le plus de difficulté.

Le rapport de McKinsey et LeanIn insiste que «comme le nombre d’hommes au poste de manager est significativement plus haut que le nombre de femmes, il y a moins de femmes à promouvoir aux plus hauts rangs de direction».

Les chercheurs rapportent que peu de personnes réalisent l’importance de cette première étape dans l’ascension professionnelle des femmes.

Seulement 19% des dirigeants en ressources humaines pensent que le premier défi des femmes se trouve à la première promotion au rang de manager. Ce chiffre se retrouve également chez les femmes et tombe à 7% pour les hommes.

L’étude de McKinsey et LeanIn conclut à cinq étapes qui pourraient progressivement réparer l’échelon brisé.

Il faudrait d’abord se poser des objectifs ciblés de promotion et d’embauche de femmes au rang de manager. Il serait aussi important de diversifier la liste des candidats considérés à l’embauche.

Le rapport conseille d’entraîner les évaluateurs à reconnaître leurs biais inconscients afin de ne pas faire de jugements arbitraires au sujet des candidates.

La quatrième étape invite à établir des critères d’évaluation clairs, permettant ainsi de ne pas tomber dans le jugement potentiellement biaisé.

Enfin, les compagnies devraient préparer plus de femmes au poste de manager. Selon McKinsey, si les pratiques en question sont déjà mises en place, comme les formations en leadership ou le mentorat, les entreprises devraient tout de même leur accorder plus d’attention.

Si le problème est pris en main, un million de femmes pourraient s’ajouter aux postes de gestion d’ici cinq ans.

Toutefois, le rapport rappelle que «changer les chiffres n’est pas suffisant» pour créer une véritable égalité au bureau.

Les compagnies doivent aussi investir dans une forte culture d’entreprise qui implante une égalité d’opportunité, une flexibilité entre vie professionnelle et vie privée et un lieu de travail respectueux.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux