/sports/fighting
Navigation

Meng Fanlong, le prochain sur la liste pour Artur Beterbiev

BOXING-USA/
Photo d'archives, Reuters Dans un combat présenté à Oakland en Californie, Meng Fanlong avait malmené Albert Avina.

Coup d'oeil sur cet article

PHILADELPHIE | Après sa belle victoire contre Oleksandr Gvozdyk, Artur Beterbiev a répondu qu’il était prêt à affronter n’importe qui chez les mi-lourds. Une réponse qu’on a entendue à maintes reprises de sa part depuis le début de sa carrière.

Le patron de Top Rank, Bob Arum, a été plus précis par rapport au prochain adversaire du champion unifié. Il a annoncé à la fin du gala que ce sera l’aspirant obligatoire IBF, Meng Fanlong. Le tout devrait se dérouler dans les premiers mois de 2020.

Le Chinois (16-0, 10 K.-O.), surnommé Cold Blood, est peu connu des amateurs de boxe. Il n’a boxé que deux fois aux États-Unis depuis le début de sa carrière. C’est un gaucher de 6 pieds 2 pouces qui a pris part aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

« Il possède toute une carrière amateur, a expliqué Marc Ramsay. C’est un gars que personne ne connaît, mais il est vraiment bon.

« Il peut être vraiment emmerdant. Il me rappelle Lucian Bute lors de ses bonnes années. On parle d’un vrai défi.

« Je m’attends à ce que les observateurs tiennent la victoire pour acquise, mais tu ne peux pas te présenter contre lui sans une bonne préparation. »

Contrairement aux trois autres associations, qui sont très souples au sujet de leurs aspirants obligatoires, les règlements de l’IBF sont stricts. Même si Beterbiev avait eu une autre offre pour un combat d’unification sur la table, il n’aurait pas pu l’accepter. C’est Fanlong et personne d’autre qu’il affrontera à son retour sur le ring.

Les deux autres ceintures

Même s’il a été sacré champion unifié vendredi, Beterbiev est loin d’être rassasié. Il aimerait bien ajouter les ceintures de la WBA et de la WBO autour de sa taille. Le problème, c’est que les champions de ces deux associations ne sont pas disposés à le faire.

À la WBA, le titre de super champion appartient au Russe Dmitry Bivol. Celui-ci serait prêt à affronter Beterbiev, mais il a fait l’erreur de signer un contrat à long terme avec DAZN, qui compte peu de boxeurs de qualité chez les mi-lourds au sein de son écurie. À moins d’un changement soudain, ce combat n’est pas à la veille de se concrétiser.

Du côté de la WBO, la ceinture appartient à un autre Russe, Sergey Kovalev. Il met son titre à l’enjeu contre Canelo Alvarez, le 2 novembre. S’il perd, il y a de fortes chances que ce titre devienne vacant dans quelques semaines. Avec une victoire, on pourrait se mettre à rêver à nouveau d’un choc Beterbiev-Kovalev.

Ça fait quelques années que les amateurs souhaitent ce combat, mais il ne s’est jamais matérialisé. Les négociations n’ont jamais abouti. Selon certaines rumeurs, c’est Kovalev qui n’était pas très chaud à l’idée de croiser le fer avec Beterbiev.