/weekend
Navigation

La fable écologique d’André Forcier

Roy Dupuis
Photo courtoisie, Filmoption International Le film Les fleurs oubliées est la sixième collaboration entre Roy Dupuis et André Forcier. 

Coup d'oeil sur cet article

Sensible depuis longtemps aux problèmes environnementaux, le cinéaste André Forcier s’est inspiré de l’urgence écologique qui règne en ce moment pour écrire son nouveau film, Les fleurs oubliées, une comédie fantaisiste qui fait curieusement écho à plusieurs événements de l’actualité récente.

Quinzième long métrage de celui qu’on surnomme affectueusement « l’enfant terrible du cinéma québécois », Les fleurs oubliées met en scène un ex-agronome et apiculteur (joué par Roy Dupuis­­) qui installe des ruches sur les toits de Montréal pour sauver les abeilles et qui rêve de fabriquer un hydromel spécial à partir de fleurs oubliées. Devant l’urgence écologique, le frère Marie-Victorin (Yves Jacques) décidera de revenir sur terre pour lui prêter main-forte.

On rencontre donc dans Les fleurs oubliées un ex-agronome qui se révolte contre son ancien employeur, une multinationale qui empoisonne la terre à coup de produits chimiques, et une jeune journaliste idéaliste (Juliette Gosselin) qui mène une enquête pour dénoncer les agissements de cette entreprise. Difficile de ne pas dresser des liens avec certains événements de l’actualité récente, comme le scandale Monsanto ou encore l’affaire Louis Robert.

« C’est un hasard, assure André Forcier » (L’eau chaude, l’eau frette, Une histoire inventée, Embrasse-moi comme tu m’aimes), en entrevue au Journal.

« J’ai toujours été sensibilisé à ces problèmes-là, mais je ne pouvais pas savoir au moment où j’écrivais le scénario qu’il y aurait autant de liens avec l’actualité. Je connaissais les méfaits de Monsanto, bien sûr. Ça me faisait paniquer un peu. Mais je savais qu’à un moment donné, ça péterait au frette, ces histoires-là. »

« Je ne sais pas si c’est un heureux hasard parce que je ne sais pas si ce qui se passe sur la planète est si heureux que cela. Mais s’il y a des liens avec l’actua­lité, tant mieux. »

Roy Dupuis et Yves Jacques
Photo courtoisie
Roy Dupuis et Yves Jacques

Un rôle sur mesure

André Forcier dit avoir écrit le personnage principal du film spécialement pour Roy Dupuis, un de ses acteurs fétiches. Les fleurs oubliées est d’ailleurs leur sixième collaboration.

« Je tournais Embrasse-moi comme tu m’aimes avec Roy il y a quelques années quand je lui ai dit que je voulais lui écrire un vrai grand premier rôle pour lui », relate le cinéaste de 72 ans.

« Il faut dire que Roy n’était pas super sympathique dans Embrasse-moi comme tu m’aimes. Son personnage était un monstre à vrai dire. Là, je lui ai écrit un beau rôle qui lui ressemble. Ç’a été assez facile parce que je partage les mêmes préoccupations écologiques que Roy. »

Comme la plupart des films de Forcier, Les fleurs oubliées s’appuie sur plusieurs rebondissements fantaisistes, dont le retour sur terre du frère Marie-Victorin, fondateur du Jardin botanique de Montréal et auteur de la Flore laurentienne, qui est décédé en 1944.

« J’ai assez rapidement eu l’idée de ressusciter le frère Marie-Victorin parce que le personnage de Roy essaie de préserver les fleurs oubliées et poursuit donc en quelque sorte le travail amorcé par Marie-Victorin », explique André Forcier.

Forcier a d’ailleurs eu une bonne intuition en mettant en scène dans son film un frère Marie-Victorin avide de découvertes sexuelles. On a en effet appris­­­ l’an passé, après la découverte de sa correspondance avec sa collaboratrice Marcelle Gauvreau, que Marie-Victorin­­­ avait mené une double vie vouée à l’explo­ration de la sexualité.

« Je n’avais pas fait une très grande recherche historique sur lui, admet Forcier en riant. Je me suis plutôt fié à mon imagination. Mais il faut croire que j’ai devancé la réalité ! »


► Le film Les fleurs oubliées prend l’affiche­­­ vendredi (le 25 octobre).