/lifestyle/family
Navigation

Quand mamie et papi envahissent notre territoire

Grandparents and grandchildren throwing leaves in park and having fun together
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les grands-parents prennent de plus en plus de place dans l’éducation des enfants, et généralement, c’est tant mieux. Mais comment définir les rôles de chacun ? Voici quelques conseils pour éviter que les relations intergénérationnelles menacent la paix familiale et ne dégénèrent en une guerre de tranchées.

Au cours du dernier siècle, l’espérance de vie a fait un bond spectaculaire en Amérique du Nord. Les gens vivent non seulement plus longtemps, ils demeurent aussi en santé jusqu’à un âge parfois fort avancé. Une fois passé le seuil de la retraite, de nombreuses personnes encore actives et dans la fleur de l’âge sont heureuses de pouvoir s’investir auprès de leurs petits-enfants. Pour l’enfant, il est toujours sécurisant de se retrouver en présence de son grand-parent, à la fois disponible, au cœur généreux, et qui prend le temps de répondre à ses questions. « C’était comment quand tu étais petite mamie ? » Les grands-parents transmettent des savoirs que l’on n’enseigne pas à l’école. Ils sont une source d’affection, d’apaisement, et n’ont pas leur pareil pour rendre la vie familiale harmonieuse.

Une nouvelle réalité

Au fil du temps, la réalité des familles a changé, ce qui peut parfois venir compliquer la donne. Mariages entre personnes du même sexe, unions mixtes, ruptures de jeunes parents, éclatement des modèles familiaux : pour les grands-parents solidaires, ce sont autant de situations avec lesquelles ils devront apprendre à composer.

À cela s’ajoutent la mobilité urbaine et la diversité culturelle, de sorte que les relations intergénérationnelles se sont complexifiées.

Ainsi, des personnes qui n’ont pas les mêmes points de repère se retrouvent à discuter de l’éducation autour du même enfant. Si le parent veut bénéficier du soutien des grands-parents, il devra parfois faire preuve de fermeté, mais il paraît alors souvent difficile de ne pas écorcher la relation au passage.

Si certaines grand-mères s’avèrent exemplaires, certaines peuvent toutefois être intrusives ou contrôlantes. Les tensions peuvent surgir lorsque les grands-parents transgressent les limites de leur pouvoir et empiètent sur les responsabilités des parents.

Comment dire à papi qui attend fébrilement le moment d’aller manger un hot-dog frites avec son petit-fils le samedi midi que la malbouffe est non indiquée pour son enfant ? Comment lui dire que son petit-fils ne souhaite pas que son grand-père vienne le chercher après sa pratique de hockey ?

Communiquer

En pareils cas, les parents se demandent souvent quoi faire et doivent alors songer à mettre des limites ou fournir des balises. Par contre, ils doivent le faire avec doigté et en comprenant au mieux les motivations des grands-parents afin d’éviter la guerre froide.

Si l’évitement n’est pas une solution, il faut également se rappeler qu’on ne règle jamais un problème sous le coup de la colère. Il est toujours bon de prendre un peu de recul avant d’entamer les pourparlers et de choisir avec soin le moment de la discussion. Cet échange ne se résume pas à dire quelque chose à l’autre, encore faut-il entendre celui-ci.

Quand la relation s’envenime, il est aidant de se demander : qu’est-ce qu’on veut pour nos enfants, qu’est-ce qu’on veut pour soi-même, et qu’est-ce qu’on veut ensemble. On pourra ensuite dégager les points positifs, les irritants, les choses à changer, et ce, autant pour les grands-parents que pour les parents.

La reconnaissance

Il serait également bon de reconnaître tout ce qu’accomplissent les grands-parents pour l’enfant et pour nous-mêmes. On leur demande de l’aide, on leur confie les enfants au dernier moment pour le week-end, mais on oublie parfois de souligner et de reconnaître tout le soutien apporté aux parents qui ont des vies occupées. Ils sentent parfois, et avec raison, qu’ils marchent sur des œufs, d’où l’importance de pouvoir discuter de façon constructive de la situation.

Les enfants ne devraient pas avoir à assumer les frais des tensions entre les adultes. N’oublions jamais : il faut un village pour élever un enfant. Les grands-parents, au cœur de l’entourage familial, peuvent être une source de soutien infiniment précieuse, une richesse et un facteur de protection pour tous, particulièrement les plus petits.