/news/elections
Navigation

Un grand buffet de coûteuses promesses électorales

Coup d'oeil sur cet article

En six semaines de campagne électorale, les partis fédéraux ont fait pleuvoir une quantité de promesses afin de séduire les électeurs. Pour vous aider à vous y retrouver, voici quelques-uns des principaux engagements des formations politiques dans plusieurs domaines, accompagnés de la facture pour les réaliser. Les coûts ont été fournis par les partis ou sont tirés des estimations du Directeur parlementaire du budget, un analyste financier indépendant du Parlement. Pour ce qui est du coût total de toutes les promesses des partis (en rouge), il tient compte de l’ensemble des engagements contenus dans les plateformes électorales des partis sur quatre ans, au meilleur de notre connaissance, puisque certaines promesses ne sont pas chiffrées.

Parti libéral du Canada

Photo d'archives, POOL / AFP

Créer 250 000 places en service de garde au pays pour les enfants de moins de 10 ans.

Coût : 535 M$ par année.


Augmenter de 10 % les sommes du programme de Sécurité de la vieillesse pour les plus de 75 ans.

Coût : jusqu’à 2,56 G$ par année.


Bannir toutes les armes d’assaut de style militaire, lancer un programme de rachat et permettre aux municipalités de restreindre ou interdire les armes de poing.

Coût : 250 M$ la première année, puis 50 M$ par année.


Réduire les impôts en augmentant à 15 000 $ la première tranche de revenus non imposables.

Coût : 5,6 G$ la quatrième année lorsque l’augmentation sera complétée.


Faire du Canada un pays zéro émission nette de carbone d’ici 2050. Pour y arriver, le PLC veut entre autres baisser l’impôt payé par les entreprises qui développent ou fabriquent des technologies carboneutres.

Coût : jusqu’à 67 M$ par année pour cette mesure.


Planter deux milliards d’arbres dans le cadre d’une initiative pour mieux conserver les milieux naturels.

Coût : 3 G$ sur 10 ans.


Faire payer les géants du web en imposant une taxe sur le revenu de 3 %.

Revenus : jusqu’à 1,2 G$ par année.


Augmenter le financement pour des initiatives en lien avec le multiculturalisme, l’aide aux femmes ainsi qu’à la communauté LGBTQ2, et la lutte contre le racisme.

Coût : 341 M$ sur quatre ans.


TOTAL 57 G$

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Parti conservateur du Canada

Photo d'archives, POOL / AFP

Réduire progressivement les impôts en baissant de 15 % à 13,75 % le taux du premier échelon d’imposition.

Coût : jusqu’à 7,1 G$ par année.


Éliminer l’impôt sur les prestations parentales et de maternité avec un crédit d’impôt non remboursable de 15 %.

Coût : jusqu’à 1,1 G$ par année.


Bonifier la contribution fédérale aux régimes enregistrés d’épargne-études (REEE).

Coût : jusqu’à 763 M$ par année.


Établir le tracé d’un corridor énergétique pancanadien pour le transport du pétrole, du gaz naturel et d’autres ressources.

Coût : à partir des budgets existants.


Offrir un crédit d’impôt pour la rénovation écoresponsable d’habitations.

Coût : 1,8 G$ sur trois ans.


Rétablir l’équilibre budgétaire en cinq ans. Pour y arriver, le PCC veut entre autres réviser le programme de subventions aux entreprises et sabrer de 25 % les dépenses globales en aide étrangère.

Revenus : des économies de 3 G$ par année pour ces mesures.


Annuler la taxe sur le carbone.

Coût : des économies totales de 390 M$ les deux premières années, puis un coût moyen de 182,6 M$ sur sept ans.​​​​​​​


Hausser de 1000 $ le « crédit d’impôt en raison de l’âge ».

Coût : jusqu’à 784 M$ par année.


TOTAL 38 G$

Nouveau parti démocratique

Photo d'archives, POOL / AFP

Imposer une nouvelle taxe sur le patrimoine des plus nantis qui devront payer jusqu’à 1 % par année pour toute valeur au-delà de 20 M$.

Revenus : jusqu’à 9,5 G$ par année.


Construire 500 000 nouveaux logements sociaux et abordables d’ici 10 ans.

Coût : 5 G$ la première année.


Abolir l’intérêt sur les prêts étudiants courants et futurs.

Coût : jusqu’à 598 M$ par année.


Offrir des soins dentaires gratuits aux personnes sans assurance et qui font moins de 70 000 $ par année. Les frais seraient couverts en partie pour les revenus de 70 000 à 90 000 $.

Coût : 1,9 G$ la première année complète.


Faire cesser tous les avis d’ébullition d’eau potable dans les communautés autochtones d’ici 2021, et assurer l’accès à l’eau potable.

Coût : 1,8 G$ la première année.


Mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles.

Revenus : 611 M$ la première année.


Mettre en place un régime d’assurance-médicaments universel, avec contribution de certains particuliers pour l’achat de médicaments d’origine au lieu de génériques.

Coût : Jusqu’à 13,8 G$ par année.


Offrir 500 000 nouvelles places en garderies.

Coût : 10 G$ les quatre premières années.


TOTAL 130 G$

Parti vert du Canada

Photo d'archives, POOL / AFP

Offrir des soins dentaires gratuits pour les personnes à faible revenu.

Coût : jusqu’à 1,8 G$ par année.


Mettre en place un régime d’assurance-médicaments universel pour tous.

Coût : 27 G$ la première année.


Rendre les études postsecondaires gratuites.

Coût : 16,4 G$ la première année.


Aider au développement du transport ferroviaire.

Coût : jusqu’à 720 M$ par année.


Voter une loi pour que le Canada réduise son niveau de gaz à effet de serre de 60 % d’ici 2030 par rapport à 2005, et pour que le pays soit carboneutre d’ici 2050. Pour y arriver, le parti veut entre autres investir dans un programme de transition des travailleurs du secteur fossile, et dans un programme de rénovations écoénergétiques.

Coût : jusqu’à 950 M$ par année pour ces deux mesures.


Faire passer le taux d’impôt fédéral sur les sociétés de 15 % à 21 %.

Revenus : jusqu’à 16,7 G$ par année.


Décriminaliser la possession de drogues pour faire face à la crise des opioïdes et réserver des fonds pour une « intervention d’urgence ».

Coût : 100 M$ par année.


Investir dans le logement abordable et de qualité dans les communautés autochtones, notamment dans le nord du pays.

Coût : 750 M$ par année.


TOTAL 293 G$

Bloc québécois

Photo d'archives, POOL / AFP

Remettre en place le programme ÉcoÉNERGIE pour la rénovation résidentielle écoénergétique avec volets commercial et agricole.

Coût : 1,6 G$ par année.


Augmenter à 15 % le montant de la pension de la Sécurité de la vieillesse, puis l’indexer en fonction de l’évolution des salaires plutôt que du coût de la vie. Ajuster également les montants des prestations maximums du Supplément de revenu garanti.

Coût : jusqu’à 4,6 G$ par année.


Mettre en place une « péréquation verte » en imposant une taxe carbone dans les provinces les plus polluantes et récompenser avec le fruit de cette taxe les provinces les plus écologiques, tout en réduisant la part de la péréquation actuelle.

Revenus : 21,5 G$ d’économies pour le fédéral sur 10 ans.


Mettre en place une « déclaration de revenus unique » au Québec.

Coût : coût nul, des ajustements sont possibles, mais à coût marginal.


Rendre accessibles l’internet haute vitesse et la téléphonie cellulaire dans les régions au Québec.

Coût : coût nul, 500 M$ en transfert au gouvernement du Québec.


Faire face à l’afflux de demandeurs d’asile irréguliers à Saint-Bernard-de-Lacolle, en donnant un droit de veto au Québec sur les demandeurs d’asile expulsés et en suspendant l’Entente sur les tiers pays sûrs.

Coût : coût nul.


Offrir une compensation pour les producteurs et transformateurs de lait, et producteur d’œufs et de volailles touchés par les accords de libre-échange conclus.

Coût : jusqu’à 800 M$ par année.


Faire en sorte que la citoyenneté canadienne au Québec soit conditionnelle à « une connaissance suffisante du français ».

Coût : coût nul.


TOTAL 54 G$