/travel/destinations
Navigation

Voyager, une affaire de famille

Denis Lévesques et sa compagne, Pascale Wilhelmy, sur l’île de Tinos en Grèce.
Photo courtoisie Denis Lévesques et sa compagne, Pascale Wilhelmy, sur l’île de Tinos en Grèce.

Coup d'oeil sur cet article

Denis Lévesque a toujours su que le monde ne se limitait pas à son Saguenay natal. Après tout, son grand-père paternel avait voyagé partout dans le monde à une époque où très peu de Québécois s’y risquaient. Poussé par cette forte influence, l’animateur et journaliste s’est aventuré dans des contrées lointaines.

Considérez-vous être un adepte de voyages ?

Dans ma vingtaine et à l’époque des fameux Eurailpass, j’ai exploré une grande partie de l’Europe en sac à dos. Je voyageais de manière très improvisée, à l’aventure. Plus tard avec mes blondes, j’ai préféré me louer des voitures pour découvrir ce continent. Aujourd’hui, je suis un peu moins « vagabond » et je préfère voyager de manière plus organisée et avec un peu plus de confort. J’ai visité entre autres, le Moyen-Orient, Chypre, la Grèce, l’Afrique du Nord, le Mexique et les Caraïbes, quelques pays en Amérique du Sud et bien sûr les États-Unis. Le voyage est essentiel à ma vie, car c’est le seul moment où j’ai l’impression de déconnecter de mon travail qui est parfois très exigeant.

Souvenir d’un voyage à Porto, au Portugal.
Photo courtoisie
Souvenir d’un voyage à Porto, au Portugal.

Il semble que vous ayez boudé l’Asie ?

Avec mon arthrite, j’ai préféré ne pas y aller. Pendant des années, j’évitais même d’aller dans le sud. Le climat humide est trop douloureux pour mes mains, j’ai donc toujours privilégié des endroits secs et désertiques comme Las Vegas. Désormais, avec mes nouveaux traitements qui me font beaucoup de bien, je peux maintenant voyager dans le sud, mais je ne me risquerais pas à aller en Asie.

Est-il vrai que vous venez d’une famille de grands voyageurs ?

C’est surtout mon grand-père Léonce Lévesque qui l’était. Dans les années 60, alors que personne ne voyageait, il a visité l’URSS et la Chine pour des congrès. Il avait eu ces opportunités, car il était notaire et il présidait également le CAA Québec. Il a même fait le tour du monde pendant six mois avec sa femme et sa fille. Ils ont visité l’Inde, l’Afrique, l’Europe, et l’Amérique du Sud. Son frère, Georges-Henri Lévesque, fondateur de la faculté des Sciences sociales de l’Université Laval, avait aussi beaucoup voyagé, surtout en Afrique. Il avait étudié en Europe et avait noué des liens avec le Shah d’Iran. Mon père Guy, également notaire, travaillait très fort. Il lui arrivait de voyager au Mexique et en Floride, mais c’est surtout la Grèce qu’il adorait, une passion qu’il m’a d’ailleurs transmise.

Aux chutes  du Niagara l’été dernier.
Photo courtoisie
Aux chutes du Niagara l’été dernier.

Effectivement, il semble que vous ayez eu un grand coup de cœur pour la Grèce.

J’y étais encore l’été dernier pour la cinquième fois ! J’adore la Grèce pour sa mythologie, sa musique, sa cuisine et bien sûr, pour le bleu de la mer et ses îles extraordinaires. Bien qu’Athènes soit une ville « défaite » avec les années, il faut tout de même s’y rendre pour visiter le Musée de l’Acropole, un musée archéologique fascinant. Ceux qui recherchent le paradis le trouveront dans les îles grecques. Il y a les grands classiques : Santorini, Mikonos et la Crête, mais avec le tourisme chinois qui a pris d’assaut ces îles, elles sont devenues très dispendieuses. D’autres îles sont, par contre, beaucoup plus abordables, car elles sont fréquentées par les Grecs eux-mêmes et, en plus, elles sont moins peuplées. J’ai particulièrement aimé celles de Paros, Naxos, Tinos, Syros et Antiparos, avec une préférence pour Paros et son extraordinaire végétation, là où nous avons loué une maison. La Grèce comprend une centaine d’îles et chacune a sa propre personnalité. J’ai bien aimé celle de Folegandos également et je me promets d’y retourner.

À Holguín, Cuba.
Photo courtoisie
À Holguín, Cuba.

Israël est-elle une autre destination qui vous a fasciné ?

Sur un ou deux kilomètres de superficie à Jérusalem se superposent trois lieux saints fondamentaux pour chacune des trois grandes religions que sont l’islam, le judaïsme et le christianisme. La mosquée Al Aqsa et le Dôme du Rocher, troisième lieu saint de la religion musulmane avoisine le principal site juif, le Mur des Lamentations. Ces sites sont pratiquement entourés par la Via Dolorosa où Jésus a fait son chemin de croix et par le Saint-Sépulcre, son tombeau ! Lorsque je suis entré dans le Saint-Sépulcre, j’ai pleuré, tout seul avec mon sac à dos. Ça m’a vraiment ému d’être sur les lieux de tout ce que j’avais appris tout petit sur les bancs d’école !

Lors d’un match de baseball, à Pittsburgh.
Photo courtoisie
Lors d’un match de baseball, à Pittsburgh.

Dans quel pays, vous êtes-vous senti le plus dépaysé ?

Sûrement dans le désert du Maroc quand ma blonde enceinte a fait une fausse couche en plein milieu de nulle part ! On s’est finalement retrouvé dans un dispensaire d’Agadir, avec des coquerelles dans le lit ! Ma blonde devait subir un curetage, avec des appareils dont je doutais de la propreté et de l’efficacité. J’ai moi-même veillé à ce que tout soit bien nettoyé, mais pour me rassurer le médecin m’a montré son diplôme de l’Université de Paris. Je me sentais vraiment à mille lieues de chez moi et bien loin des hôpitaux du Québec ! Heureusement, tout s’est bien déroulé !

Toronto est une ville que vous affectionnez particulièrement, non ?

Au point où je m’y rends 4 à 5 fois par an. La vie culturelle y est passionnante, et nous assistons à des spectacles qui ne viennent pas au Québec. Aux fêtes, nous apprécions beaucoup le marché de Noël de Toronto qui rappelle les marchés de Noël d’Allemagne. Il est dans le quartier historique de la distillerie, à l’est du centre-ville. Le Centre Eaton nous plaît aussi beaucoup, car on y trouve des marques qui ne sont pas vendues au Québec. Le Harbourfront Centre, aménagé sur les berges du lac Ontario vaut le détour pour son ambiance, ses cafés, ses restaurants et ses boutiques ! Le quartier chinois est agréable à visiter d’autant plus que celui de Montréal est devenu vraiment petit. Enfin, comme ma blonde et moi sommes des fans de baseball, nous en profitons pour assister aux matchs des Blue Jays. D’ailleurs, il nous arrive de nous rendre dans certaines villes américaines comme Pittsburgh, Cleveland, Baltimore et Philadelphie pour justement assister à des matchs de baseball.


► Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook.