/sports/tennis
Navigation

Fierté et soulagement pour Denis Shapovalov

Fierté et soulagement pour Denis Shapovalov
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Premier Canadien à gagner un titre de l’ATP depuis Milos Raonic en 2016, Denis Shapovalov est surtout soulagé d’avoir enfin remporté son premier tournoi sur le circuit.

«C’est un gros poids qui s’enlève de mes épaules», a admis lundi le Canadien de 20 ans, au lendemain de sa victoire face au Serbe Filip Krajinovic, 46e au monde, en finale à Stockholm.

«Il s’agit d’une étape importante que nous venons de franchir, mon équipe et moi. On travaille pour ça depuis des années, a poursuivi l’Ontarien. Je suis vraiment fier de mon équipe, qui n’a jamais douté de moi, et de tout le travail qu’on a accompli. Je savais que ça arriverait tôt ou tard.»

Depuis le début de la saison sur surface dure, et l’arrivée de Mikhail Youzny au sein de son équipe, Shapovalov a accumulé les bons résultats sur le circuit et a semblé retrouver l’aplomb qu’il présentait à ses débuts chez les professionnels.

«Depuis Montréal [la Coupe Rogers], j’ai retrouvé l’étincelle et je joue du bon tennis [...] Malgré des défaites, dont celle contre Novak Djokovic [à Shanghai], je sentais que mon jeu était là», a dit le Canadien, pour qui tout est tombé en place à Stockholm.

«Tous les aspects de mon jeu fonctionnaient cette semaine: je servais bien, je bougeais bien sur le court. [...] Je sentais que tout allait bien pour moi», a-t-il ajouté.

L’étape cruciale

La victoire en demi-finale contre le Japonais Yuichi Sugita (107e), en Suède, a été un moment déterminant pour Shapovalov. Auparavant, le 27e joueur mondial avait perdu les sept demi-finales qu’il avait disputées sur le circuit de l’ATP.

«J’ai eu de la difficulté par le passé à franchir ce cap, mais je savais qu’il fallait être patient. Quand j’ai battu Sugita, j’étais vraiment excité d’avoir enfin la chance d’aller chercher mon premier titre. [...] Par contre, je ne savais pas comment j’allais gérer cette première présence en finale de l’ATP, a reconnu Shapovalov. Je crois l’avoir approchée de la bonne façon, car je n’étais pas nerveux du tout. C’est juste formidable d’être là, de pouvoir jouer mon jeu et me battre pour le titre.»

«Ça donne vraiment confiance pour l’avenir de savoir que j’ai maintenant un titre, que je peux être un peu plus détendu et que je suis capable de livrer la marchandise lors des grands matchs», a confié le Canadien. 

Shapovalov tentera de transporter cette confiance cette semaine à Vienne, où Pablo Carreno Busta l’attendra au premier tour. L’Espagnol avait vaincu le Canadien en demi-finale du tournoi de Chengdu, à la fin septembre, en Chine.

Le Canadien disputera ensuite les Finales de la Next Gen et la Coupe Davis, où il fera équipe avec le Québécois Félix Auger-Aliassime, l’Ontarien Milos Raonic et le Britanno-Colombien Vasek Pospisil.

«J’ai encore trois bonnes semaines de tennis devant moi. Je sens que la forme est là et que, mentalement, ça va bien aussi, a dit Shapovalov. Je veux juste essayer de bien profiter des dernières semaines de l’année.»