/news/currentevents
Navigation

Son cas «particulier» lui évite la prison

Un autiste était devant la justice pour leurre d’enfants

Coup d'oeil sur cet article

Puisqu’elle se trouvait en présence « d’un cas particulier » qui commandait « une attention particulière », la juge Chantale Pelletier a choisi de surseoir au prononcé de la peine d’un jeune accusé autiste qui se trouvait devant la justice pour leurre d’enfants.

En 2016, sur une période de trois mois, Sacha-Emmanuel Grenier alors âgé de 19 ans a eu, sur les réseaux sociaux, des « conversations à teneur sexuelle » avec deux petites victimes âgées de 13 ans.

« Une centaine de fois, il demande aux jeunes filles de lui transmettre des photos d’elles nues ou de se masturber devant la webcam », a rappelé, lundi, la présidente du Tribunal avant de rendre sa décision.

Lors des observations sur la peine, il avait été mis en preuve que le jeune autiste avait également menacé de « cesser tout contact » avec les jeunes filles « si elles refusaient » de se soumettre à ses demandes répétées.

Aveux

Confronté par la mère de l’une des victimes, Grenier s’est par la suite présenté au poste de police pour se dénoncer puis il a plaidé coupable en février 2018 après avoir tout avoué aux enquêteurs.

En poursuite, la procureure a réclamé au Tribunal que l’accusé soit condamné à la peine d’emprisonnement minimale, puisque, selon elle, le profil de l’accusé « expliquait la commission des infractions », mais elle ne « diminuait pas sa responsabilité ».

La juge Pelletier a plutôt retenu qu’une peine d’emprisonnement n’apporterait rien de positif, « ni à la société ni à l’accusé ».

Probation

Elle a donc choisi de surseoir au prononcé de sa peine et d’astreindre le jeune homme à une période de probation d’une durée de trois ans.

Au cours de cette période, le jeune homme, qui s’est excusé auprès des jeunes filles en disant vivre « de la honte et des remords », devra poursuivre la thérapie qu’il a entreprise en plus de devoir effectuer 200 heures de travaux communautaires.

Il lui a aussi été interdit d’entrer en contact avec ses victimes et il ne pourra pas utiliser d’ordinateur au cours de cette période.