/finance/business
Navigation

Une résilience qui porte ses fruits

Des entrepreneurs qui ont tout perdu relancent leur cidrerie grâce au sociofinancement

VERGER HEMMINGFORD
Courtoisie Stéphanie Beaudoin et François Pouliot ont récemment officiellement lancé leur nouvelle production de cidre en cannette lors d’un événement à Hemmingford près de Montréal. Des centaines de contributeurs au sociofinancement y ont participé.

Coup d'oeil sur cet article

C’est portés par le slogan Vivre le Québec cidre que Stéphanie Beaudoin et François Pouliot travaillent aujourd’hui d’arrache-pied pour faire renaître leur cidrerie, maintenant appelée Verger Hemmingford, après avoir vécu un cauchemar et perdu toutes leurs économies.

L’été dernier, à la suite d’une bataille juridique, la Cour supérieure décidait de vendre la cidrerie qu’ils avaient bâtie en Montérégie aux associés du couple, entrés dans l’aventure en 2016 pour les aider et injecter des capitaux dans l’entreprise.

Le juge a cédé à ces derniers tous les actifs de CidreCo. Le couple a perdu des millions y compris leurs marques La face cachée de la Pomme et Neige.

Repartir en affaires

Stéphanie Beaudoin et François Pouliot
Photo courtoisie
Stéphanie Beaudoin et François Pouliot

« On s’est fait carrément voler notre entreprise. Il y a du monde vraiment mal intentionné sur la terre. Et tu as beau prendre toutes les précautions imaginables, tu ne peux rien faire contre ça », raconte François Pouliot.

Mais le couple a refusé de se laisser abattre, et s’est aussitôt retroussé les manches.

« Quand ton paquebot coule, tu sautes à l’eau et elle est froide. Tu dois te mettre à nager parce que sinon, tu crampes. On n’avait pas le choix de repartir en affaires. On s’est fait voler nos marques, mais notre savoir-faire, notre créativité, ça on l’a gardé. Ça fait 25 ans qu’on fait du cidre et on a encore des choses à dire et à faire », dit François Pouliot. Verger Hemmingford a obtenu son permis en mars, et a déjà signé avec deux importants distributeurs, CDL ainsi que Univins et spiritueux, pour s’établir dans les épiceries, dépanneurs et SAQ .

L’élément déclencheur a été une campagne de sociofinancement sur la plateforme Kickstarter. Plus de 68 000 $ ont été récoltés. Des personnalités comme Jessica Harnois, le chef Danny St-Pierre et la nutritionniste Isabelle Huot ont épaulé l’initiative. Voyant qu’il y avait un intérêt envers l’entreprise, les banques et le financement privé ont suivi. L’objectif de cette campagne était de commander une cuve autorégulée. Une cuve spéciale de 13 000 litres, essentielle pour fabriquer du cidre prêt-à-boire, la spécialité de l’entreprise. Le couple l’a reçue en juillet.

Le réseau de la SAQ

La prochaine étape ? « Ouvrir au maximum la distribution. Au printemps prochain, on veut être dans 1000 points de vente, les épiceries et les dépanneurs, et je veux être dans les 400 succursales de la SAQ. On veut reprendre notre place », dit François Pouliot.

De cette aventure, le couple a tiré une leçon qui est valable pour tous les entrepreneurs. « Malgré les problèmes, on est demeurés intègres et authentiques. Je pense que c’est ça qui nous permet de redémarrer aujourd’hui, dit François Pouliot. Si on n’avait pas été intègres et authentiques tout ce temps-là, les gens nous auraient laissés tomber assez rapidement. Mais avec notre réputation, ils ont été derrière nous. »

♦ François et Stéphanie ont créé leur cidrerie en 1994. Verger Hemmingford (anciennement La Face cachée de la pomme) est une entreprise profondément enracinée dans le terroir local.