/news/elections
Navigation

Le Bloc élu grâce au Black face ?

Le Bloc élu grâce au Black face ?
Photo d'archives Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

 Le comédien Denis Trudel l’a emporté contre l’ex-ministre Réjean Hébert qui l’a chauffé une partie de la soirée.Avec 200 boîtes de scrutin dépouillées, il détenait une avance de 2178 voix sur le candidat libéral. 

 • À lire aussi: Les bloquistes heureux à Québec 

 • À lire aussi: Fédérales 2019: le Bloc renaît de ses cendres 

 Celui qui en était à sa deuxième campagne électorale a réussi son pari et prendra maintenant la route d’Ottawa. Il a attribué une partie des gains du Bloc Québécois à l’épisode du black face de Justin Trudeau. Rappelons qu’en début de campagne, des photos de Justin Trudeau maquillé en brun avait créé un véritable choc.  

  • Denis Trudel était l'invité de Benoit Dutrizac sur QUB radio:

 «Le point tournant a été la réaction d’Yves-François Blanchet (chef du Bloc) au black face de Trudeau. Il n’a pas essayé d’en profiter comme d’autres chefs de parti. Il ne l’a pas traité de raciste et il a été au diapason de la réaction des Québécois qui ont commencé à reconsidérer le Bloc», a-t-il dit peu avant minuit. 

 Parmi les priorités, il veut défendre les Québécois à Ottawa. Compte-t-il parler de souveraineté ? «Je ne me gênerai pas, je suis un indépendantiste», dit-il en précisant qu’il n’est pas question de bousculer les Québécois. Celui qui a été élu Patriote de l’année en 2011 veut également lutter contre la pauvreté et pour la défense de l’environnement. 

 Avec deux candidats qui ont été liés de près aux partis verts, l’environnement a été un thème important dans la circonscription. Pierre Nantel a soutenu qu’il avait choisi de tourner le dos au NPD en raison de l’urgence climatique. Il a même comparé la campagne électorale à un référendum sur fond de crise climatique. 

 Dans un débat impliquant les candidats des différents partis, il n’a pas hésité à inviter ces dernier à mettre sur pied un «cabinet de guerre» sur cette question à Ottawa. 

 De son côté, Éric Ferland, y est allé d’une déclaration surprenante pour les automobilistes. «Il faut augmenter le prix de l’essence. Il y a plus d’un million de litres qui sont brûlés inutilement au Québec chaque année. C’est insensé», a-t-il soutenu en débat. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 Le candidat du Bloc, de son côté, a promis une campagne carboneutre. Il a promis de compenser les gazs à effet de serre générés par sa campagne avec une plantation d’arbres équivalentes. Il souhaite même devenir un député carboneutre. 

 Le candidat libéral Réjean Hébert a perdu son avance au cours de la campage. Au début d’octobre, un sondage Mainstreet le mettait en tête avec 35 % des votes contre 28 % pour le Bloc. Il n’a toutefois pas pu résister à la montée du Bloc Québécois. 

 La bataille dans Longueuil-St-Hubert était plutôt inusitée. Elle impliquait trois transfuges parmi les candidats. Le député sortant, Pierre Nantel, a été éjecté du Nouveau parti démocratique (NPD) alors qu’il était en discussion pour se présenter pour le Parti vert du Canada. C’est sous cette bannière qu’il a mené sa campagne. 

 Le NPD a répliqué en lui opposant l’ancien chef du Parti vert du Québec, Éric Ferland. 

 Puis, l’ancien ministre péquiste Réjean Hébert a annoncé qu’il se présentait sous la bannière des libéraux. Il a dû renoncer à ses convictions souverainistes pour faire campagne aux côtés de Justin Trudeau qui en a fait un de ses candidats vedettes au Québec. Ancien défenseur de la Charte des valeurs, il a également pris ses distances en appuyant une éventuelle contestation judiciaire de la Loi 21 sur la laïcité par le gouvernement fédéral. 

 En 2015, Pierre Nantel l’avait emporté avec avec une mince avance de 703 votes sur le candidat libéral. Denis Trudel suivait en troisième place.