/news/health
Navigation

Montréal en guerre contre le plomb

Bloc eau potable
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

 La Ville de Montréal forcera les propriétaires récalcitrants à remplacer leurs vieux tuyaux en plomb en exécutant les travaux elle-même, avant de leur refiler la facture, a rapporté Le Devoir mardi soir. 

• À lire aussi: Des experts demandent au gouvernement de revoir la méthode d’échantillonnage du plomb dans l’eau

• À lire aussi: Charette ne se mouille pas sur la qualité de l’eau courante

• À lire aussi: Plomb dans l’eau: le gouvernement Legault a été négligent, affirme le PLQ

 Ainsi, les propriétaires qui rechignent à faire les travaux nécessaires pour se débarrasser de leur tuyauterie en plomb se retrouveront malgré tout à payer la note, sur une période de 15 ans. 

 «La Ville prend ses responsabilités. Si les propriétaires ne le font pas, on va le faire à leur place, parce que c’est une question de santé publique», a expliqué la mairesse de Montréal, Valérie Plante, au quotidien montréalais. 

 Ces dernières années, la Ville a effectué des travaux pour repérer et remplacer les tuyaux de plomb se trouvant dans l’espace public. Or, les propriétaires ne semblent guère enthousiastes à l’idée de finir le travail par la suite en remplaçant les portions se trouvant sur les terrains privés, a souligné la mairesse Plante. 

La Ville doit dévoiler officiellement son plan mercredi matin.

 Cette annonce survient une semaine après que le quotidien eut dévoilé que les méthodes utilisées pour mesurer le taux de plomb dans l’eau potable au Québec camouflent des résultats élevés, voire dangereux. En effet, Québec a fixé sa norme à 10 parties par milliard de plomb dans l’eau potable, contre 5 ppb pour Santé Canada. 

 L’organisme fédéral préconise aussi une prise d’échantillon après avoir laissé couler l’eau pendant 30 secondes, contre 5 minutes au Québec. 

 D’ailleurs, le Réseau Environnement a réclamé, mercredi, que le gouvernement Legault adopte les normes de Santé Canada.