/news/elections
Navigation

Singh se montre ouvert à négocier avec les libéraux minoritaires

Coup d'oeil sur cet article

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh s’est montré ouvert à collaborer avec le gouvernement minoritaire libéral, au lendemain du scrutin fédéral.  

• À lire aussi: L’avenir du NPD s’annonce difficile au Québec  

• À lire aussi: Les libéraux réélus avec un gouvernement minoritaire  

• À lire aussi: Alexandre Boulerice survit à l'écroulement du NPD au Québec  

«Le Nouveau Parti démocratique sera constructif, respectera le choix des Canadiens et va aborder la construction du prochain Parlement avec l’esprit et le cœur ouverts», a-t-il dit mardi en point de presse à Burnaby, en banlieue de Vancouver.  

M. Singh n’a pas voulu offrir de détails sur les éléments qui sont à ses yeux conditionnels à une bonne collaboration avec les troupes du premier ministre réélu Justin Trudeau.  

«Tout est sur la table», a-t-il dit lorsqu’invité à dire s’il avait l’intention de s’entendre avec les libéraux sur une alliance globale ou plutôt de négocier avec eux à la pièce, sur des projets spécifiques.  

«Nos priorités sont assez claires. Nous les avons mises de l’avant durant la campagne. Nous voulons voir de l’investissement en soins de santé, des logements abordables [...], de réelles actions quant à la justice climatique», a-t-il précisé.  

  

  • L'ex-chef du NPD Thomas Mulcair était l'invité de Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

 

M Singh a ajouté que les négociations ne se feraient pas du jour au lendemain et ne se dérouleraient pas devant les journalistes.  

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) n’a par ailleurs pas caché sa déception face aux résultats enregistrés par sa formation politique au Québec. Le chef adjoint du parti et député de Rosemont, Alexandre Boulerice, a été le seul à survivre à l’hécatombe dans la province.  

«Au Québec, on a perdu d’excellents députés, mais je suis fier de notre travail. J’ai eu la chance de montrer que je partage les mêmes valeurs que les Québécois et Québécoises, soit des valeurs progressistes», a dit M. Singh.  

À l’échelle nationale, le NPD n’a remporté que 24 sièges aux élections de lundi. À la dissolution de la Chambre, en juin, la formation politique avait 39 sièges, dont 14 au Québec. En 2011, après la vague orange, le parti avait réussi à former l’opposition officielle avec 103 élus.

  • À VOIR AUSSI: