/finance/business
Navigation

SNC-Lavalin jure qu’elle ne veut pas vendre sa filiale Atkins

Un fonds détenu par l’État singapourien se serait montré intéressé à l’acheter

Coup d'oeil sur cet article

SNC-Lavalin a nié hier les rumeurs selon lesquelles elle a mis en vente sa filiale britannique Atkins, acquise en 2017 pour 3,6 milliards $ avec l’aide de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Le fonds souverain singapourien Temasek a tenu des discussions avec SNC à propos d’un rachat d’Atkins, a révélé dimanche le quotidien londonien The Times.

Selon le journal, la multinationale québécoise a sollicité plusieurs acheteurs potentiels pour Atkins, dont Temasek.

« Nous n’envisageons nullement cette option », a assuré hier au Journal une porte-parole de SNC-Lavalin, Daniela Pizzuto.

« Au cœur de la croissance »

« La nouvelle orientation stratégique de SNC-Lavalin a mis Atkins au cœur de la croissance de ses services d’ingénierie », a ajouté Mme Pizzuto.

Rappelons qu’en raison d’importants dépassements de coûts dans plusieurs projets, SNC-Lavalin a annoncé en juillet qu’elle se retirait des contrats à prix fixe pour se concentrer sur les services d’ingénierie et de gestion de projet dans les secteurs où le risque est moindre. Atkins est très présente dans ce marché.

L’entreprise montréalaise vient de renflouer ses coffres en vendant une partie de sa participation dans l’autoroute 407 en Ontario pour un peu plus de 3 milliards $. Cela n’a toutefois pas empêché Standard & Poor’s de retirer à SNC-Lavalin sa cote de crédit de qualité, en raison notamment de la baisse de sa rentabilité.

Suppressions de postes

SNC-Lavalin procède par ailleurs à des licenciements dans ses bureaux de Montréal et de Toronto, plus particulièrement dans les secteurs de l’informatique et de l’analyse d’affaires, a révélé le Globe and Mail il y a 10 jours.

Certains des postes seront transférés dans d’autres pays, en Inde notamment.

La firme d’ingénierie n’a pas voulu dire combien de salariés sont touchés, mais a précisé que les changements découlaient de compressions de 250 millions de dollars par année annoncées en mai.

Secouée par plusieurs crises au cours des dernières années, SNC-Lavalin a fait passer le nombre de ses employés au Canada de 20 000 en 2012 à 8500 aujourd’hui, dont environ 3400 au Québec.

♦ Fondée en 1938, Atkins compte plus de 18 000 employés et est présente dans pas moins de 25 pays de la planète.