/news/elections
Navigation

Trois couleurs, trois saveurs

Trois couleurs, trois saveurs
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La candidate conservatrice défaite lundi dans le comté de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix, Sylvie Boucher, avait une bonne pente à remonter avec l’héritage souverainiste de la circonscription, croit son collègue Gérard Deltell qui a été réélu.  

La candidate conservatrice Sylvie Boucher a tenu à féliciter la nouvelle députée bloquiste Caroline Desbiens dans Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix.
Photo Diane Tremblay
La candidate conservatrice Sylvie Boucher a tenu à féliciter la nouvelle députée bloquiste Caroline Desbiens dans Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix.

 

«C’est évident qu’on aurait souhaité plus de victoires, mais la population s’est prononcée», a-t-il dit au lendemain des élections.  

«On a fait tous les efforts pour la victoire, mais on respecte le choix des gens.»  

Selon M. Deltell, le comté de Mme Boucher a une longue tradition bien enracinée avec le Bloc québécois due au défunt Michel Guimond qui a représenté la bannière pendant un quart de siècle.  

«Il y avait un bon fond bloquiste dans ce comté-là qui a déjà été représenté par l’ex-première ministre Pauline Marois. Ça laisse des traces. Le Bloc québécois partait avec un bon fond. Malgré ce que Mme Boucher a pu faire de bon durant les quatre dernières années, il y avait une côte très haute à remonter avec l’héritage du Bloc québécois», a-t-il dit.  

M. Deltell se dit peiné de voir partir le candidat Alupa Clarke dans Beauport-Limoilou.  

«Quand on lui confiait un dossier, il n’y avait rien de plus important au Canada. Il le défendait bec et ongle jusqu’à la toute fin. J’ai énormément de respect et d’estime pour lui», a ajouté M. Deltell.  

«On va continuer à faire notre travail de vigilance par rapport au gouvernement.»  

Avec trois partis représentés dans la région de Québec, le député libéral Jean-Yves Duclos entrevoit une plus grande diversité de points de vue sur les enjeux régionaux et il se dit prêt à collaborer.  

«C’est ma première participation dans un gouvernement minoritaire. J’ai hâte de voir comment on va travailler en collaboration avec tous les élus dans la Chambre des communes», a-t-il affirmé.  

Selon lui, Justin Trudeau a l’embarras du choix pour former le prochain cabinet. Outre M. Duclos, qui a déjà été ministre, on sait que le député libéral de Louis-Hébert, Joël Lightbound, pourrait lui aussi être ministrable.  

«Mon plus grand honneur, c’est d’être le député de Louis-Hébert. Ça faisait plus de vingt ans qu’un député n’avait pas été réélu dans le comté. Je vais servir là où je serai appelé à servir en commençant par les gens de mon comté», a déclaré M. Lightbound qui a été élu avec une majorité de 7 648 voix.  

Ce qu'ils ont dit:  

«En politique, comme au hockey, il faut toujours éviter de prendre la partie pour acquise.» - Jean-Yves Duclos, PLC, comté de Québec.  

«J’aimerais beaucoup qu’on règle le dossier du pont de Québec. Le plus tôt serait le mieux.» - Joël Lightbound, PLC, comté de Louis-Hébert.  

«Un gouvernement minoritaire peut théoriquement durer jusqu’à quatre ans.» - Gérard Deltell, député conservateur dans Louis-Saint-Laurent.