/finance/business
Navigation

Un élu américain veut envoyer les patrons en prison

CORRECTION-US-POLITICS-RUSSIA-TRUMP
Photo AFP Ron Wyden
Sénateur démocrate

Coup d'oeil sur cet article

Un sénateur américain vient de déposer un projet de loi explosif pour envoyer en prison les chefs d’entreprises qui prennent à la légère la protection des données personnelles.

« Il est temps que les entreprises et leurs dirigeants soient tenus responsables de l’utilisation abusive des données des consommateurs », a déclaré le sénateur démocrate de l’Oregon Ron Wyden, sur Twitter, après le dépôt de son projet de loi jeudi dernier.

Baptisé « Mind Your Own Business Act », le texte vise à redonner plus de pouvoir à la Federal Trade Commission (FTC), qui ne dispose que de 50 personnes attitrées aux enquêtes portant sur les technos et les agences de crédit pour l’ensemble du pays.

Ces derniers mois, Facebook (5 milliards $ US), Equifax (700 millions $ US) et YouTube (170 millions $ US) ont dû payer de lourdes amendes pour avoir mal géré leurs données, mais le sénateur estime que Washington doit être encore plus sévère envers elles.

Peine de 20 ans

À la première infraction, Ron Wyden propose d’imposer une amende salée pouvant aller jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires annuel de la compagnie.

Après, l’élu américain souhaite que les cadres supérieurs qui mentent toujours à la FTC soient passibles de 10 à 20 ans de prison.

« Mark Zuckerberg ne prendra pas la vie privée des Américains au sérieux, sauf s’il en ressent les conséquences personnelles », est allé jusqu’à dire l’élu démocrate dans une déclaration publique qui a eu l’effet d’une bombe chez nos voisins du Sud.

Pour Ron Wyden, la collecte et la vente de données posent un risque sans précédent pour le respect de la vie privée des citoyens, mais également pour « la sécurité nationale du pays », d’où l’urgence d’agir.

M. Wyden déplore que les consommateurs soient impuissants quand vient le temps de contrôler l’utilisation et le partage de leurs données personnelles.

Pour changer la donne, il prône la création d’un répertoire appelé « Do Not Track » qui interdirait aux sociétés de traquer les Américains sans leur consentement sur le web.