/misc
Navigation

Un vote pour le Canadien?

Nick Suzuki est meilleur à chaque présence sur la glace.
Photo d’archives, Martin Chevalier Nick Suzuki est meilleur à chaque présence sur la glace.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien a complété avec respectabilité sa première semaine de quatre matchs de la saison. Cela assure aux hommes de Claude Julien de tenir le seuil de pauvreté d’un point par duel au bout de la première tranche de 10 rencontres.

Au-delà des résultats, il y a toutefois la manière. Dans une dernière saison de transition (?), les espoirs de séries sont purement émotifs.

La surmédiatisation de l’équipe lors du camp d’entraînement finit par programmer le dernier des cerveaux observateurs. Les plus sceptiques finissent par croire que l’équipe se classera pour jouer au-delà des 82 matchs de saison régulière.

Vrai que rien n’est impossible et qu’il est aussi hasardeux de prétendre que le CH n’entrera pas en séries que l’inverse. Revenons donc à la manière...

Spectacle relevé

Jusqu’ici, le spectacle offert par la troupe de Claude Julien est enviable. À seulement deux reprises, l’équipe a joué sans inspiration, incidemment deux défaites encaissées à domicile contre Detroit et Tampa Bay. Deux matchs éteignoirs joués sur les talons pour ne pas perdre, plutôt que sur la pointe des pieds, avec talent et enthousiasme.

Ces dernières valeurs ont caractérisé le Canadien dans les sept autres matchs disputés.

À mon sens, la manière importe davantage que le résultat. Une minorité d’équipes peuvent désormais aspirer aux séries éliminatoires en pratiquant un style défensif outrancier et éteignoir. La garantie de séries venant avec la trappe de Jacques Lemaire est désormais caduque.

Place aux jeunes

Gary Bettman veut des buts. Et ce que le commissaire veut, les équipes le veulent. La glace est aux jeunes. L’avenir, c’est maintenant.

Le plafond salarial intime les clubs à promouvoir leurs espoirs plus rapidement. Tant pis pour le développement. On préfère vivre avec les erreurs d’un kid de 20 ans plein de talent et sur un contrat d’entrée à moins d’un million par saison que de payer un vétéran de plus de 30 ans moins à risque, lent comme une torture et gagnant autour de 2 millions...

Le Canadien se rapproche du groupe et emboîte lentement le pas. Nick Suzuki est une éponge. Il est meilleur à chaque présence sur la glace. Sa place au sein du quatrième trio dans les schémas matinaux de Claude Julien est une hérésie.

Vivement Poehling !

Je me répète, mais qu’est-ce que Cale Fleury fait de pire que Christian Folin, qui est plus vieux de 8 ans ?

Jesperi Kotkaniemi joue enfin régulièrement avec un homme en plus. Rappelons qu’il patrouille un excellent trio et qu’il a continué d’être incisif et menaçant en l’absence de Joel Armia en fin de semaine.

La place de Ryan Peohling est avec l’équipe première et son rappel, incontournable.

Cayden Primeau a des statistiques resplendissantes derrière la même équipe que Charlie Lindgren dont les chiffres sont abrutissants à Laval. Keith Kinkaid n’a pas été mauvais, mais il a accordé neuf buts en deux départs et subi deux défaites.

Est-ce que Claude Julien peut vivre avec quatre recrues et cinq joueurs âgés de 20 ans ou moins en uniforme en même temps ? Si oui, la saison sera captivante et le Canadien aura mon vote.