/news/elections
Navigation

Une icône du NPD vaincue dans Berthier-Maskinongé

Une icône du NPD vaincue dans Berthier-Maskinongé
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le candidat bloquiste Yves Perron a mis fin au conte de fées de la députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau dans Berthier-Maskinongé. 

 • À lire aussi: Les libéraux réélus avec un gouvernement minoritaire 

 • À lire aussi: La balance du pouvoir au NPD 

 • À lire aussi: Jagmeet Singh exulte malgré des résultats mitigés 

M. Perron, un enseignant d’histoire au secondaire, a été nommé président national du Bloc québécois l’an dernier. 

Il a tiré de l’arrière pendant une partie de la soirée, mais il a fini par prendre une avance de quelques centaines de voix contre son adversaire après minuit. 

Ruth Ellen Brosseau briguait un troisième mandat pour le Nouveau parti démocratique (NPD) dans cette circonscription agricole de la Mauricie dont elle ne connaissait pas grand-chose avant de gagner en 2011. 

Pas fini pour elle 

Elle a fait son arrivée au restaurant du Fleuve à St-Barthélémy où s’étaient réunis ses partisans en fin de soirée. Vers une heure du matin, elle a concédé la victoire au candidat bloquiste. 

« C’est une histoire, c’est un conte de fées, c’est pas fini. Je ne vais jamais vous lâcher. Je suis là, j’ai pris racine», a-t-elle déclaré à ses partisans dont certains pleuraient, n’excluant pas de se représenter dans l’avenir en politique dans la circonscription. 

La députée a attribué sa défaite, serrée, à une vague similaire à celle qui l’avait portée au pouvoir en 2011. «On savait que ce serait plus difficile cette fois-ci», a-t-elle dit, ne cachant pas que la loi sur la laïcité avait occupé beaucoup de place pendant la campagne électorale. 

Ancienne candidate poteau, employée d’un bar à Ottawa, Ruth Ellen Brosseau avait été élue pendant la fameuse vague orange qui avait balayé le Québec. Baragouinant difficilement le français, elle avait même passé quelques jours à Las Vegas pendant la campagne électorale. 

Elle était ensuite devenue un pilier de son parti au Québec, tissant des liens étroits avec les gens de la circonscription. 

En 2016, elle s’était retrouvée au centre d’un incident avec le premier ministre Justin Trudeau qui l’avait bousculée en tentant d’aller en agripper un autre député. 

Dans une entrevue récente, la candidate confiait son désir de rester dans la région, qu’elle soit réélue ou non. Elle a réitéré ce souhait hier soir, assurant qu’elle était dans la circonscription pour rester. Elle est aujourd’hui en couple avec un producteur de sangliers de Yamachiche, Nicolas Gauthier. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.