/news/green
Navigation

Une première brèche dans le front commun contre la taxe carbone

Une première brèche dans le front commun contre la taxe carbone
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, a pour la première fois ouvert la porte à ce que son gouvernement implante une taxe provinciale sur le carbone.

M. Higgs, qui s’est toujours fermement opposé à la tarification fédérale sur le carbone, a semblé changer son fusil d’épaule, mardi, moins de 24 heures après la réélection des libéraux de Justin Trudeau à la tête d’un gouvernement minoritaire.

«Les gens ont voté pour [la taxe sur le carbone], alors nous devons trouver une façon de faire fonctionner les choses au Nouveau-Brunswick», a dit M. Higgs en point de presse à Fredericton, selon le média local Brunswick News.

Les libéraux ont gagné six sièges dans cette province, au terme de l’élection fédérale de lundi. Ils ont par ailleurs remporté le vote populaire, accaparant 37,6% des voix, contre 32,8% pour les conservateurs.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a déjà soumis un plan révisé de lutte aux changements climatiques à Ottawa, mais attend de voir si ce dernier sera accepté.

«Si le plan n’est pas accepté, la prochaine étape pourrait être un plan incluant une taxe provinciale pour remplacer celle du fédéral», a avancé M. Higgs.

La ministre fédérale sortante de l’Environnement, Catherine McKenna, a salué cette ouverture. «J’ai hâte de continuer à travailler avec vous et les gens du Nouveau-Brunswick sur l’urgence climatique», a-t-elle écrit sur Twitter.

Les mesures antérieurement proposées à Ottawa par le Nouveau-Brunswick étaient jugées insuffisantes, et la taxe fédérale sur le carbone, entrée en vigueur en avril, a donc commencé à s’appliquer dans cette province des Maritimes. Cette taxe de 20$ la tonne est aussi imposée en Alberta, en Ontario, au Manitoba et en Saskatchewan.

Toutes ces provinces, dirigées par des gouvernements conservateurs, s’opposent fortement à la taxe sur le carbone, et plusieurs, dont le Nouveau-Brunswick, participent à des contestations judiciaires de celle-ci.

M. Higgs n’a pas voulu dire mardi ce qu’il adviendrait de l’implication du Nouveau-Brunswick sur ce front, toujours selon les informations rapportées par Brunswick News.

Le premier ministre a d’abord dit vouloir en discuter avec ses homologues qui contestent la constitutionnalité de la taxe sur le carbone.