/news/elections
Navigation

Trudeau sauve les meubles

Les libéraux l’emportent dans un pays divisé d’un bout à l’autre alors que le Québec a brouillé les cartes

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti libéral a sauvé les meubles, mais devra se contenter d’un gouvernement minoritaire au sein d’un pays divisé. Il sera dorénavant difficile pour Justin Trudeau d’ignorer le Bloc québécois qui a effectué une remontée spectaculaire hier.    

S’ils ont damé le pion aux conservateurs, les libéraux sont loin de leur éclatante victoire de 2015. Avec un score de 33 % au moment de mettre sous presse, le Parti libéral serait celui qui a été élu avec le moins d’appuis populaires depuis la Confédération en 1867.

• À lire aussi: Les libéraux réélus avec un gouvernement minoritaire

• À lire aussi: Trudeau dit avoir compris le « message » du Québec

• À lire aussi: Bleu à l’Ouest et rouge à l’Est

À 00 h 45, le Parti libéral était en tête dans 156 circonscriptions, alors qu’il en détenait 177 à la dissolution de la Chambre.  

Pourtant, il y a à peine quelques mois, la plupart des analystes anticipaient une réélection facile des libéraux au sein d’un gouvernement majoritaire.  

Les résultats se sont aussi révélés décevants pour le Parti conservateur, d’autant plus qu’ils ont obtenu 230 000 voix de plus que les libéraux. 

Le chef libéral Justin Trudeau a regardé la soirée électorale en compagnie de sa famille et de ses amis lundi, à Montréal. Son parti sera à la tête d’un gouvernement minoritaire.
Photo REUTERS
Le chef libéral Justin Trudeau a regardé la soirée électorale en compagnie de sa famille et de ses amis lundi, à Montréal. Son parti sera à la tête d’un gouvernement minoritaire.

 Fin de la Trudeaumanie  

Entre les promesses à 57 milliards $ de Trudeau et la rigueur budgétaire garantie par le chef conservateur Andrew Scheer, en passant par la pluie d’engagements des autres partis, le cœur des électeurs a visiblement balancé.  

La soirée électorale s’est déroulée sous le signe de la division. Tel qu’anticipé, les conservateurs ont frappé fort dans les Prairies. Ils ont toutefois obtenu des résultats plus décevants en Ontario.  

Malgré quelques pertes, les libéraux ont eu le dessus dans les Maritimes et au Québec, sans dégager une majorité claire.  

L’histoire se répète chez les Trudeau. Après avoir soulevé les foules et gagné l’élection de 1968 avec une forte majorité, Pierre Elliott Trudeau avait remporté à peine deux sièges de plus que le Parti progressiste-conservateur à l’élection suivante. Le fils, tout comme le père il y a 47 ans, dirigera un gouvernement minoritaire pour son second mandat.  

Retour du Bloc  

Dans la Belle Province, la vague de fond ressentie au cours des dernières semaines de campagne s’est concrétisée pour les troupes d’Yves-François Blanchet : le Bloc québécois détenait 32 sièges, soit trois fois plus qu’en 2015.  

La vague orange du NDP, qui avait pris tout le monde par surprise au Québec il y a huit ans, est bel et bien tarie : seulement Alexandre Boulerice a été réélu. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Après une campagne sous le signe de la controverse, Maxime Bernier a quant à lui terminé deuxième derrière le candidat conservateur Richard Lehoux dans ce qui a longtemps été son fief électoral, la Beauce  

Combien de temps ?  

L’incertitude des dernières heures est peut-être terminée, mais les prochains mois ne se dérouleront pas nécessairement pour autant sous le signe de la stabilité.  

Un gouvernement minoritaire dure en moyenne 18 mois au Canada, mais peut être renversé à tout moment à l’occasion d’un vote de confiance.  

Reste maintenant à voir comment les partis vont collaborer dans cette nouvelle Chambre et si Justin Trudeau réussira aisément à négocier avec ses adversaires pour mettre en place son programme.  

Des appuis  

Par exemple, le Bloc québécois a déjà signifié qu’il ne donnerait pas d’appui systématique à un gouvernement minoritaire, mais qu’il offrirait plutôt son soutien à la pièce.  

De son côté, le Nouveau Parti démocratique s’est montré ouvert à négocier avec un gouvernement libéral minoritaire.  

La bonne volonté de tout un chacun déterminera donc la longévité du gouvernement.  

Dans l’histoire du pays, le plus long gouvernement minoritaire ininterrompu a duré 937 jours (2 ans, 6 mois et 24 jours) en 2006, et le plus court, moins de six mois, en 1958.   

LE NOMBRE DE SIÈGES EN AVANCE  

 

 Parti Libéral 156  

  • 33 % au Canada   
  • 39,5 % en 2015   

 

 Parti Conservateur 121  

  • 34,5 % au Canada   
  • 31,9 % en 2015   

 

 Bloc Québécois 32    

  • 8,1 % au Canada   
  • 4,7 % en 2015   

 Nouveau Parti Démocratique 25    

  • 15,8 % au Canada   
  • 19,7 % en 2015   

 Parti Vert 3  

  • 6,3 % au Canada   
  • 3,4 % en 2015    

 LE PORTRAIT DE LA CHAMBRE      

 Parti Libéral  

  • 156   

 Parti Conservateur  

  • 121   

 Bloc Québécois  

  • 32   

 Nouveau Parti Démocratique  

  • 25   

 Parti Vert  

  • 3  

 Autre  

  • 1  

TAUX DE PARTICIPATION: 63,4 %