/news/society
Navigation

Commission Laurent: esclave d’une famille d’accueil pendant cinq ans

Coup d'oeil sur cet article

Annie Thériault a participé aux premières auditions de la commission Laurent sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, où elle a décrit son cheminement tortueux au travers du système de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

• À lire aussi: Le système de protection de la jeunesse est «malade» et «désuet»

En entrevue à l’émission Le Québec matin de LCN mercredi, elle a expliqué avoir été placée dès l’âge de 2 ans parce que ses parents étaient alcooliques et violents.

Après plusieurs va-et-vient entre sa famille biologique et des familles d’accueil, elle a été placée pendant cinq ans, une période au cours de laquelle elle a subi divers sévices.

«J’ai été esclave pendant cinq ans. C’était une mauvaise famille d’accueil, je me faisais laver la langue avec du savon, je me faisais mettre à genoux, je faisais la vaisselle et je n’allais pas beaucoup à l’école», a raconté Annie Thériault.

C’est seulement à l’âge de 10 ans, après avoir passé un test de la DPJ, qu’elle aura finalement été changée de milieu pour aboutir dans une troisième famille, aimante celle-là.

«Je suis arrivée chez Luc et Pauline, et ça a changé ma vie!»

La Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (CSDEPJ) poursuit ses travaux.