/opinion/columnists
Navigation

Deux Québec dans un

Deux Québec dans un
Capture d’écran, journaldemontreal.com

Coup d'oeil sur cet article

Quiconque se penche sur les résultats électoraux de lundi est obligé de constater que la séparation mentale entre Montréal et le reste du Québec est aussi radicale que dramatique. À Montréal et à Laval, les partis nationalistes sont en voie d’extinction. Leur présence n’est plus que résiduelle. La carte est rouge, rouge, rouge ! Inversement, en région, ils sont en position de force.

De plus en plus, il y a deux Québec dans un.

Cette fracture est d’abord démographique. Pour le dire dans les mots de Gérard Bouchard, qu’on ne saurait suspecter de complaisance pour le nationalisme « identitaire », « les minorités [...] vont devenir majoritaires dans la région métropolitaine ».

Autrement dit, dans la grande région de Montréal, la majorité historique francophone est en train de devenir minoritaire. On y verra évidemment l’effet de l’immigration massive. On verrouille démographiquement notre avenir politique.

Minoritaires

Comment la majorité historique francophone peut-elle voir dans cette mutation autre chose qu’une terrible dépossession ? Les Québécois francophones sont de moins en moins maîtres chez eux. Cela a des effets politiques : les partis nationalistes auront de plus en plus de difficultés à remporter les élections.

Comment François Legault peut-il envisager l’avenir du Québec sereinement à cette lumière ? Il y a, comme on dit, urgence démographique.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Les Québécois francophones se sentent de moins en moins chez eux dans une métropole qui se bilinguise moins qu’elle ne s’anglicise. Le français, à Montréal, sera de moins en moins la norme. Au mieux, on le tolérera. Jusqu’à ce qu’on ne le tolère plus vraiment. Dans notre métropole, qui insiste pour se faire servir en français passe souvent pour agressif, et même intolérant.

Nous devenons de trop chez nous.

Les spécialistes du déni nous expliqueront que ce n’est pas grave – mieux, qu’il faut sortir de la logique du nous et du eux. Mais on ne saurait abolir un problème en se contentant de ne pas le regarder. Cette fracture est réelle, pas imaginaire. Qu’on le veuille ou non, la population de Mont­réal et de Laval s’identifie de moins en moins à ce qu’on appellera le cadre historique et national québécois.

Est-elle en train de se transformer en peuple montréalais ? C’est possible. Plus probablement, on peut croire que Montréal et Laval se détachent symboliquement du Québec pour mieux se rattacher au Canada multiculturaliste, tout simplement. Aucune surprise ici : c’est dans la nature même du régime canadien de tout faire pour canadianiser le Québec et effacer la différence québécoise. Il utilise l’immigration pour cela. Les ultrafédéralistes du PLQ en sont complices.

On comprendra moins, toutefois, l’aveuglement suicidaire des leaders nationalistes.

Montréal

À travers cela, le Québec perd peu à peu sa remarquable cohésion collective, qui faisait autrefois sa force. Peut-on renverser la tendance ? Le désespoir est interdit. On ne saurait accepter que l’identité québécoise historique soit folklorisée.

Il faut fixer un objectif politique clair : réintégrer Montréal et Laval dans le cadre mental et national québécois. Laïcité, langue, immigration, histoire : il faut rouvrir tous les chantiers. C’est une tâche immense. C’est le travail d’une génération, probablement.