/news/currentevents
Navigation

Drame de Tétreaultville: une amie du père se dit sous le choc

Coup d'oeil sur cet article

Une amie du père qui aurait tué ses deux enfants de 5 et 7 ans avant de s’enlever la vie est sous le choc, moins de 24 heures après les tristes événements survenus dans une résidence de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. 

• À lire aussi: Un homme tue ses enfants et se pend  

• À lire aussi: Parler d’un drame vécu, «c’est tabou» dans la police, selon une ancienne policière à la GRC   

• À lire aussi: Drame familial à Montréal: une scène de crime perturbante pour les policiers du SPVM  

Nawell Berrani est sidérée. Celle qui a travaillé avec Jonathan Pomares au Biodôme de Montréal il y a quelques années est abasourdie.
«Il était tellement proche de ses enfants. Il faisait tout avec ses enfants. On est vraiment choqués», a-t-elle raconté mercredi sur la scène du drame.
Rencontrée par TVA Nouvelles, elle a décrit M. Pomares comme un homme aimant ses enfants, et qui était fier de les voir grandir et faire leurs premiers pas sur les bancs d’école.
«Je me rappelle quand son garçon a commencé la maternelle, il était tellement content», a-t-elle dit avec émotion.

Le voisinage ébranlé 

Mercredi, plusieurs personnes émues par la mort de la fillette de 5 ans et du garçon de 7 ans, vraisemblablement assassinés par leur père qui s’est ensuite enlevé la vie, ont défilé devant les lieux des meurtres, y déposant peluches et messages de sympathie.    

Sur le balcon de cette résidence de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, on constate que la famille se préparait à célébrer l’Halloween: une citrouille décorée trône au milieu des toutous.    

Un voisin rencontré sur place confirme que c’est un drame que personne n’a vu venir. Ce dernier avait même préparé des sacs de bonbons pour ces jeunes enfants à qui on a enlevé la vie. «Mais je ne pourrai pas leur donner», a laissé tomber Yves Anctil, à la caméra de TVA Nouvelles.    

«Lundi, en arrivant du travail, je suis allé jouer au ballon [avec] les enfants, super heureux... La maman était dehors aussi», a relaté le voisin, visiblement ébranlé, la voix chevrotante.    

«Parents et enfants ensemble, et heureux... Jamais je n’aurais pensé qu’un tel drame arriverait à côté de chez nous, surtout à eux autres», a-t-il poursuivi.    

M. Anctil dit avoir une pensée pour les petites victimes, mais aussi pour la mère, cette voisine «qui doit être dans tous ses états».    

Les policiers qui sont intervenus sur les lieux ont eux aussi été ébranlés par ce qu’ils ont vu; certains ont dû être renvoyés à la maison pour être remplacés par d’autres collègues.   

Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez communiquer avec la Ligne québécoise de prévention du suicide, au 1 866 APPELLE (277-3553) ou au www.aqps.info .