/24m
Navigation

Jouer avec le paranormal

Jouer avec le paranormal
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau jeu de société québécois «Une nuit à Lhotel 54» cherche à proposer une expérience qui allie le jeu aux phénomènes inexpliqués.  

«Ce jeu-là, c’est une sorte de version 2.0 du "Ouija"», a résumé Christian Page, chroniqueur, auteur, conférencier et expert en paranormal. Le spécialiste des phénomènes inexpliqués est également l’hôte du jeu «Une nuit à Lhotel 54», qui se joue à partir d'un DVD; il guidera ainsi l’ensemble des joueurs tout au long d’une partie.   

Le fonctionnement est simple: les participants suivent l’équipe du E-P-P-I (Enquêtes sur les Phénomènes Paranormaux Inexpliqués), qui cherche à élucider les nombreux mystères de Lhotel 54.   

«Le lieu existe réellement, a précisé l’expert. C’est une sorte de théâtre où on tient des activités et des spectacles. On dit que l’endroit a été construit sur d’anciens bâtiments à Saint-Jean-sur-Richelieu qui ont été rasés par un incendie majeur dans la deuxième moitié du 19e siècle et qui aurait fait des victimes. On raconte que, de temps à autre, des manifestations un peu mystérieuses s'y produisent.»   

À travers une partie, les joueurs suivent grâce à l’entremise d’une télécommande les investigations de l’équipe dépêchée sur place. Au sortir de chacune des pièces, un défi original est lancé et doit être réussi «dans la vraie vie» pour que l’enquête se poursuive.   

«Un joueur peut être amené, par exemple, à allumer une bougie au milieu de ses compagnons, pour ensuite tenter d’incanter un esprit et essayer de l’éteindre», a expliqué Christian Page.   

À mesure que le jeu évolue, les défis deviennent de plus en plus difficiles. Tout dépendant des succès et des choix qui seront faits à travers la partie, plusieurs scénarios et dénouements sont possibles. Une partie peut durer environ une heure.   

Un musée hanté  

Comme il arrive que les défis qui ponctuent le jeu de société doivent être menés de façon individuelle, plusieurs éléments d’information concernant l’univers du paranormal et quelques anecdotes tirées de l’expérience de Christian Page sont racontées aux autres joueurs alors qu’ils sont en attente.   

Un exemple?  

«Une expérience que j’aime beaucoup et que je raconte à travers le jeu m’est arrivée il y a quelques années, en Floride, alors que je tournais l’émission "Dossiers mystère", diffusée sur les ondes de Canal D. On tournait un épisode dans une maison que l’on disait hantée par une petite fillette, la petite Jessie May Saxon, qui serait décédée sur les lieux à l’âge de trois ans, avant que le bâtiment ne devienne un musée.»   

Deux poupées de porcelaine, mystérieusement liées à elle, se retrouvent toujours au premier étage. Leur contact pourrait provoquer, dit-on, une apparition de la fillette.   

«Dès que la dame responsable du bâtiment a quitté, je suis monté au premier étage, j’ai pris les deux poupées en question et je les ai brassées et secouées, a poursuivi l’auteur. Puis, alors que je montais au grenier, j’ai très distinctement senti une main d’enfant se refermer sur mon avant-bras, doigt par doigt!»   

Pour ceux qui auraient envie de quelques frissons à l’approche de l’Halloween, le jeu est disponible depuis le mois de septembre chez Renaud-Bray, Archambault ainsi que dans plusieurs librairies indépendantes et détaillants de jeux et de jouets au prix de 24,99 $.