/news/elections
Navigation

Le plus fort gouvernement minoritaire de l’histoire du pays

Coup d'oeil sur cet article

Les Canadiens ne devraient pas retourner aux urnes de sitôt, puisque Justin Trudeau dispose de suffisamment d’alliés potentiels pour gouverner pendant plusieurs mois, estiment des analystes politiques.

Le chef libéral n’a certes pas obtenu la majorité qu’il espérait. Mais avec 157 des 338 sièges en poche, il se retrouve à la tête du gouvernement minoritaire le plus solide de l’histoire du Canada.

Les libéraux ne sont qu’à une dizaine de députés du seuil crucial de 170 sièges, la majorité nécessaire pour faire adopter des projets de loi sans l’aide de l’opposition.

« Les libéraux ont potentiellement trois partenaires pour négocier : le NPD [Nouveau Parti démocratique], le Bloc québécois et le Parti conservateur. En plus, il (Trudeau) n’est pas dans une situation où ça aurait pris une combinaison de deux partis pour arriver à 170 sièges », explique Jean-François Godbout, professeur de science politique à l’Université de Montréal.

Pas besoin d’une coalition

Du point de vue strictement mathématique, M. Trudeau est donc en bonne position pour gouverner sans avoir recours à une coalition où il faudrait qu’il cède une partie du pouvoir à ses opposants pour acheter leur appui, croit le chargé de cours en science politique de l’UQAM, André Lamoureux. Une entente à moyen terme avec le NPD pourrait toutefois être possible, d’autant plus qu’une situation semblable s’est déjà produite par le passé.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

« Lorsque Pierre Elliott Trudeau s’est retrouvé à la tête d’un gouvernement minoritaire en 1972, le chef du NPD David Lewis a offert sa pleine collaboration au Parti libéral. Pendant deux ans, il a collaboré sur à peu près tout : discours du trône, les budgets, les lois, etc. Ce n’est que deux ans plus tard, en 1974, que le NPD a décidé de ne pas appuyer le budget et qu’on est retourné en élections », rappelle M. Lamoureux.

Bloc et NDP

Par ailleurs, hier, tant le Bloc québécois que le NPD ont promis de participer à ce nouveau gouvernement de manière positive.

« Le Bloc québécois a une responsabilité dans la perspective de faire marcher le Parlement », a notamment affirmé hier le chef Yves-François Blanchet.

Les conservateurs, eux, se sont montrés plus prudents à ce propos, hier. Le chef Andrew Scheer a laissé planer le doute, affirmant que la « responsabilité » de bien faire fonctionner le gouvernement revenait au premier ministre libéral.

Selon des experts, aucun parti ne devrait toutefois se risquer à faire tomber les libéraux d’ici 18 mois, soit la durée moyenne d’un gouvernement minoritaire au Canada, afin de ne pas déplaire aux électeurs.

Parti libéral

Photo Agence QMI, Matthew Usherwood
  • Au Canada: 157
  • Au Québec: 35

Parti conservateur

Photo Simon Clark
  • Au Canada: 121
  • Au Québec: 10

Bloc québécois

Photo Agence QMI, STEVE MADDEN
  • Au Canada: 32
  • Au Québec: 32

Nouveau Parti démocratique

Photo Sarah Bélisle
  • Au Canada: 24
  • Au Québec: 1

Parti vert

Photo DIDIER DEBUSSCHERE
  • Au Canada: 3
  • Au Québec: 0

Indépendant

  • Au Canada: 1
  • Au Québec: 0
Source: Élections Canada