/sports/hockey/canadien
Navigation

Nick Suzuki sur le quatrième trio : Claude Julien s’explique

Nick Suzuki
Photo Martin Chevalier Nick Suzuki

Coup d'oeil sur cet article

Il est arrivé à plusieurs occasions de voir Nick Suzuki employé sur le quatrième trio du Canadien de Montréal cette saison. Plusieurs amateurs ont sourcillé, se demandant pourquoi un attaquant avec de telles habiletés individuelles se retrouvait dans un rôle de soutien.

• À lire aussi: Suzuki gagne en confiance

L’entraîneur-chef Claude Julien a expliqué le processus derrière ce genre de décision, mercredi, au terme de l’entraînement matinal de sa troupe.

«Tout de suite, on est prêt à dire : "ce n’est pas un gars de quatrième trio." C’est un gars qui est peut-être en train d’avoir du succès parce qu’il joue contre des troisièmes et quatrièmes trios au lieu des premiers et deuxièmes. Si ce n'était pas le cas, peut-être qu’il n’aurait pas le même succès et qu’il perdrait confiance. C’est ça, le développement d’un joueur de hockey», a-t-il fait valoir.

«Éventuellement, c'est un joueur qui évoluera sur tes gros trios, mais pour le moment, on lui donne la chance de gagner en confiance et de prendre de l’expérience.»

Le pilote du Tricolore a d’ailleurs rappelé que Suzuki obtenait des responsabilités au sein de l’avantage numérique, ce qui n'est pas négligeable pour un joueur de 20 ans.

«Ça veut dire que nous, les entraîneurs, avons beaucoup de confiance en lui. Mais donnons-lui le temps de marcher avant de lui demander de courir», a philosophé Julien.

À noter que Suzuki alternait avec Joel Armia à la droite de Jonathan Drouin et Max Domi lors de l’entraînement de mercredi. On ignore de quelle façon il sera employé pendant le match de jeudi soir, contre les Sharks de San Jose.