/news/health
Navigation

Plomb dans l’eau: Québec resserre ses normes

Le ministre Lionel Carmant
Photo d'archives, Simon Clark Le ministre Lionel Carmant

Coup d'oeil sur cet article

Québec abaisse la concentration maximale de plomb tolérée dans l'eau des municipalités et leur demande de remplacer toutes les entrées de service en plomb des résidences privées, quitte à refiler la facture aux propriétaires.   

Une brochette de ministres, de même que le directeur national de la santé publique, avait été dépêchée mercredi matin pour annoncer ces importantes modifications, qui surviennent à la suite d’une série de reportages sur les méthodes déficientes d’évaluation du plomb dans l’eau.  

Dans un premier temps, Québec se conformera à la nouvelle norme de Santé Canada, qui fait passer la concentration maximale de plomb permise de 10 microgrammes par litre à 5 microgrammes par litre.  

ÉCOUTEZ l'entrevue de Lionel Carmant, sur QUB radio:

Désormais, les tests devront aussi être faits sur le premier jet d’eau du robinet, après 30 minutes de stagnation. Présentement, le prélèvement est fait après cinq minutes d’écoulement, ce qui fausse les données.  

Exigences pour les municipalités  

De plus, le gouvernement Legault demande aux municipalités de remplacer toutes les entrées de service en plomb qui connectent le réseau principal aux résidences privées.  

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a rappelé que des programmes totalisant environ 5,5 milliards$ existent déjà pour financer les travaux d’infrastructures des municipalités. Québec s’engage donc à « accompagner » les autorités municipales, mais sans promettre de rembourser l’ensemble des dépenses.  

Mme Laforest n’a d’ailleurs pas exclu que les autorités municipales refilent la facture aux propriétaires des résidences. « S’il y a des frais de remplacement pour les citoyens, à ce moment-là les municipalités vont travailler avec les citoyens et cette possibilité de frais peut se faire à très long terme », a-t-elle commenté.    

Les échéanciers demeurent également flous, tant sur l’évaluation des entrées de service en plomb que sur leur remplacement. Québec espère avoir un plan d’action des villes et villages d’ici un an, tandis que le remplacement pourrait prendre plusieurs années.  

Eau de qualité  

Par ailleurs, le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, a tenu à rassurer la population sur la qualité de l’eau au Québec. Le gouvernement agit par « prévention », a-t-il déclaré.  

Son collègue à l’Environnement, Benoit Charette, a souligné que les résidences construites après 1980 ont peu de chances d’avoir une entrée de service en plomb.  

  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.