/lifestyle
Navigation

Guillaume Wagner veut transformer le milieu de l’humour

Guillaume Wagner veut transformer le milieu de l’humour
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

En collaboration avec   

  

Dans la foulée de la Semaine de la coopération et en collaboration avec Desjardins, nous vous présentons de jeunes entreprises qui, par leur structure et par leur mission, forment le meilleur de la société de demain.   

Première et seule coopérative du vaste milieu de l’humour québécois, le festival Dr. Mobilo Aquafest a vu le jour il y a cinq ans. Son fondateur, l’humoriste Guillaume Wagner, raconte la genèse de cet évènement qui fait figure de mouton noir dans l’industrie.  

« J'avais fait une série de spectacles de rodage au cabaret du Mile-End (aujourd’hui le théâtre Fairmount) et pour que ce soit moins solitaire, j'avais invité des amis à faire ma première partie. », explique Mr. Wagner. « J’ai réalisé qu'on avait des publics différents, mais qui se rejoignaient en même temps. » Petit à petit, l’idée fait son chemin : pourquoi ne pas répéter l’expérience l’année suivante? Tranquillement, le festival prend forme.  

Le but? En faire profiter au maximum les artistes. Dans un milieu extrêmement compétitif, le modèle de la coopérative ne s’imposait pas de lui-même. Et pourtant.  

« Nous avons réfléchi à ça longtemps. », affirme le fondateur. « Nous voulions nous établir sur un modèle respectueux et solidaire qui impliquait tous les artistes et leur donnait le pouvoir. », poursuit-il.   

Dans ce modèle d’affaires axé sur la participation des membres aux processus décisionnels, tous ont leur mot à dire. « C'est définitivement plus réfléchi et démocratique. Chaque décision est débattue. Chaque voix a son importance. », explique Monsieur Wagner.   

  

De gauche à droite: Paul Sèxe, Virginie Fortin, et Tony Légal, les fondateurs du festival d’humour Dr. Mobilo Aquafest au restaurant Coton, à Montréal, mercredi le 28 mars 2018.
DARIO AYALA/AGENCE QMI
Dario Ayala / Agence QMI
De gauche à droite: Paul Sèxe, Virginie Fortin, et Tony Légal, les fondateurs du festival d’humour Dr. Mobilo Aquafest au restaurant Coton, à Montréal, mercredi le 28 mars 2018. DARIO AYALA/AGENCE QMI

  

Dans le champ gauche  

Le Dr. Mobilo Aquafest se targue de présenter de l’humour alternatif. Il faut dire que le modèle d’affaires du festival, qui opère hors des grosses machines de l’industrie, offre une plus grande flexibilité aux artistes : moins d’autocensure, plus de prises de risques.   

La programmation entremêle artistes établis (Les Denis Drolet, Adib Alkhalidey) et émergents (Coco Béliveau, Charles Beauchesne) auxquels viennent se greffer des productions plus expérimentales - on pense notamment au Projet Bocal, collectif théâtral qui donne dans l’absurde.  

Tout le monde peut être membre, mais pour profiter des services de la coop, il faut être humoriste. Si l’évènement génère des profits, ceux-ci retournent dans l’entreprise et servent la prochaine édition du festival. Réinvestir pour ses membres, c’est la base d’une coopérative!   

  

  

Un peu plus loin  

La cinquième mouture du Dr. Mobilo Aquafest aura lieu au printemps prochain. Guillaume Wagner mentionne un possible volet international, promettant « un pas en ce sens » pour la prochaine édition. « On souhaite continuer à être un espace de création qui pousse cet art toujours un peu plus loin. », affirme-t-il.   

  

Découvrez-en encore plus sur les coopératives innovantes et sur l’engagement de Desjardins envers la jeunesse sur le site Tous engagés pour la jeunesse.