/entertainment/tv
Navigation

Pas «politically correct» d’écrire sur les hommes blancs hétéros dans la cinquantaine

Pas «politically correct» d’écrire sur les hommes blancs hétéros dans la cinquantaine

Coup d'oeil sur cet article

Jacques Davidts, l’auteur de la série «Les Mecs» que Radio-Canada prépare pour 2020, affirme qu’il n’est plus «politically correct» d’écrire sur des hommes blancs hétérosexuels dans la cinquantaine.  

«C’est vrai que ce n’est pas très "politically correct" maintenant, je ne sais pas trop pourquoi, de parler des hommes de ma condition, donc blancs et hétéros», a soutenu l’auteur, à l’émission «On n’est pas obligé d’être d’accord» sur QUB radio, jeudi.   

Or, pour M. Davidts, «Les Mecs» est la suite logique à sa série précédente, «Les Parent». «"Les Parent", pour moi, c’est vraiment venu quand mes enfants étaient petits. Je les écoutais, je les regardais et je me disais que ce serait intéressant de faire une série là-dessus, surtout qu'à l'époque, il n'y avait rien sur la traditionnelle», a-t-il raconté.   

«Maintenant que mes enfants sont partis, je me retrouve avec mes chums de 50 ans et plus et on jase et on se dit nos trucs. Il arrive ceci à un tel, cela à l’autre. Et on était une gang de cinq, grosso modo, et je me suis dit que ça ferait une série le "fun" et, évidemment, c'est quelque chose qui m'intéresse.»   

Cette nouvelle série, qu’il est en train d’écrire et qui a été présentée comme un «safe space» pour les hommes de 50 ans, a suscité la controverse.   

L’animatrice Sophie Durocher a d’ailleurs pris la défense de l’auteur et de la série dans deux chroniques publiées dans «Le Journal», se disant intéressée «d’entendre les angoisses existentielles d’hommes de 50 ans».   

La chroniqueuse a soutenu avoir depuis reçu de nombreux messages la remerciant de prendre la défense des hommes.   

Disant marcher sur des œufs avec cette nouvelle série, Jacques Davidts s’est finalement désolé du fait que, maintenant, «on juge des œuvres avant de les avoir vues». Il assure avoir toute la liberté de la part de la société d'État pour écrire la série, malgré la controverse.