/news/routesenderoute
Navigation

Une étude pour percer le mystère de l’asphalte au Québec

C’est la première fois que le MTQ lance ce type d’enquête

Des galettes d’asphalte se détachent de cette portion de la route 169 à Péribonka, au Lac-Saint-Jean.
Photo d’archives, Jean-Luc Lavallée Des galettes d’asphalte se détachent de cette portion de la route 169 à Péribonka, au Lac-Saint-Jean.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois, le ministère des Transports (MTQ) allonge 75 000 $ pour comparer la qualité de l’asphalte du Québec avec le reste du Canada et le nord-est des États-Unis.

Le contrat octroyé de gré à gré à la société américaine Applied Research Associates a pour objectif de positionner les façons de faire du Québec par rapport aux pratiques de ses voisins canadiens et de la Nouvelle-Angleterre en matière d’enrobé, ce composé de granulats et de bitume que l’on appelle l’asphalte.

«Dans le domaine des enrobés, c’est la première étude de ce genre», affirme Émilie Lord, porte-parole au MTQ.

L’exemple du Vermont

Depuis juin, la série du Journal «Nos routes en déroute» a montré à quel point le réseau routier québécois est mal en point.

«Les Québécois ont raison : les routes sont en très mauvais état», a même reconnu cet été le premier ministre François Legault, en blâmant les libéraux de Jean Charest pour cette situation.

Au début juillet, l’un de nos reportages montrait que l’État du Vermont, juste au sud du Québec, avait l’habitude de mettre une couche plus importante d’enrobé bitumineux sur ses chemins, et qu’il investissait en moyenne deux fois plus d’argent par année dans l’asphaltage et la reconstruction de chaussées, ce qui pourrait expliquer la qualité en apparence supérieure des routes de cet État.

Selon notre reportage, les matériaux utilisés pour construire les routes vermontoises sont essentiellement les mêmes que ceux employés ici.

D’ailleurs, des entreprises québécoises d’asphalte fournissent le Vermont.

Comparaison

Questionné sur ce qui l’a poussé à demander cette enquête inédite, le Ministère répond qu’il est «constamment à la recherche des meilleures pratiques» et pointe «qu’il y a eu plusieurs changements dans le domaine des enrobés ces dernières années».

«L’objectif est de comparer les éléments qui influencent les caractéristiques et le choix des enrobés», indique-t-on.

L’étude portera notamment sur le climat, le trafic, les types d’enrobés, les matériaux utilisés, leur nature et leurs propriétés, la fabrication et la mise en œuvre ou encore le processus de contrôle et d’assurance de la qualité.

Étalonnage

«Cet étalonnage a été confié à une firme indépendante, présente au Canada et aux États-Unis, et qui dispose de l’expérience et des contacts nécessaires pour réaliser rapidement cette étude comparative», mentionne la porte-parole du MTQ.

La firme devra ensuite fournir au Ministère des pistes d’amélioration et pointer les différences dans les pratiques. Ce sont les bureaux torontois de l’entreprise qui ont obtenu le contrat. Le tout a été rendu public au début du mois de septembre.

«Le résultat de l’étude nous permettra de nous situer par rapport aux autres gestionnaires de réseau et d’identifier ceux qui ont les meilleures pratiques», indique Émilie Lord.

Les gestionnaires du réseau routier québécois ont aussi l’intention d’échanger avec leurs homologues des autres provinces canadiennes lors du congrès annuel de l’Association technique canadienne du bitume (CTAA), qui a lieu à Montréal du 24 au 27 novembre.

Comment nos voisins font-ils?

Vermont
Photo d’archives
Vermont

Le Journal s’est interrogé cet été sur la qualité des routes dans les provinces et États frontaliers du Québec. Voici quelques constats de nos journalistes.

Le Vermont investit en moyenne plus de 16 000 $ par kilomètre de voie par année, soit deux fois plus que le Québec, a calculé notre Bureau d’enquête.

Ontario
Photo d’archives
Ontario

L’Ontario impose depuis 2017 de nouvelles normes en matière d’asphalte, dont une interdiction d’utiliser de l’asphalte recyclé ou des dérivés d’huile à moteur usée dans les nouveaux mélanges.

À Plattsburgh, dans l’État de New York, la municipalité a lancé l’an dernier un vaste chantier de reconstruction de routes. Elle assure aussi un suivi serré de ses chaussées vieillissantes.

Dépenses annuelles par kilomètre de voie

  • Québec 2017 - 2018 : 7909 $
  • Vermont 2017 : 16 337 $
  • New York 2017 : 30 370 $

Sources : Vermont Agency of Transportation, ministère des Transports du Québec et Reason Foundation