/news/politics
Navigation

Le ministre Roberge ouvert à parler de santé mentale en classe

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
Photo Simon Clark Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, est ouvert à faire davantage d’éducation à la santé mentale en classe, sans toutefois aller jusqu’à créer un nouveau cours en bonne et due forme.  

Préoccupée par les problèmes grandissants de santé mentale chez les jeunes, l’Association des médecins psychiatres du Québec, appuyée par de nombreux organismes, réclame un cours d’éducation à la santé mentale de la maternelle à la fin du secondaire.   

«Sans nécessairement implanter un nouveau cours au cursus scolaire, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, est ouvert à bonifier les contenus vus en classe relativement à la santé mentale», a indiqué hier son attaché de presse, Francis Bouchard   

ÉCOUTEZ l’entrevue de Karine Igartua à ce sujet, sur QUB radio:  

Il est encore trop tôt pour dire si cette bonification pourrait s’inspirer de la formule développée pour l’éducation à la sexualité ou l’orientation scolaire, a indiqué le cabinet.    

L’éducation à la sexualité n’est pas enseignée dans le cadre d’un nouveau cours, mais plutôt par le biais de capsules d’informations insérées dans la grille-matière, à raison de 5 à 15 heures par année.   

Jean-François Roberge rencontrera l’Association des médecins psychiatres dans les prochaines semaines afin d’en discuter, indique-t-on.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

Détresse en hausse  

La proportion de jeunes du secondaire aux prises avec un niveau élevé de détresse psychologique est passée de 21% à 29% en six ans seulement, selon les derniers chiffres de l’Institut de la statistique du Québec, alors que le taux de prévalence des troubles anxieux est passé de 9% à 17% au cours de la même période.   

L’Association des médecins psychiatres du Québec, qui est très préoccupée par la situation, a lancé hier le mouvement Alphas connectés, auquel adhèrent une dizaine d’organismes aussi préoccupés par la santé mentale des jeunes.   

La présidente de l’Association, la Dre Karine Igartua, voit de plus en plus d’adolescents et de jeunes adultes qui se retrouvent à l’urgence avec des idées suicidaires parce qu’ils ne sont pas capables de gérer une rupture amoureuse, des conflits familiaux ou des échecs scolaires, raconte-t-elle.   

« On voit que le niveau de détresse est en train d’augmenter. Il va falloir qu’on s’attaque aux causes et qu’on fasse quelque chose pour réduire la détresse en amont », affirme-t-elle.   

Omniprésence des écrans  

Au banc des accusés, l’omniprésence des écrans et du numérique, qui prend une place envahissante dans la vie des jeunes, laissant moins de place pour le sommeil, l’activité physique et le développement de relations bien ancrées dans le réel, selon les médecins psychiatres.   

L’éducation à la santé mentale pourrait être un remède, afin d’apprendre aux élèves à mieux gérer leurs émotions et relations personnelles. «On fait de l’éducation financière, de l’éducation physique et de l’éducation à la sexualité à l’école. Je pense qu’il est grand temps que l’on fasse aussi de l’éducation à la santé mentale», lance-t-elle.