/misc
Navigation

Legault, le docteur Frankenstein!

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Simon Clark Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de la CAQ a soufflé dans la trompette du Bloc québécois pendant la campagne fédérale, mais dès le lendemain de l’élection, il a pris ses distances, comme s’il craignait la créature qu’il a contribué à créer.

François Legault a mis son poids dans la balance dès le déclenchement de la campagne.

En mettant au défi les chefs fédéraux de s’engager à ne pas contester la loi québécoise sur la laïcité, le caquiste savait exactement ce qu’il faisait.

Le respect de l’autonomie du Québec et de la volonté exprimée par une majorité de Québécois pour l’interdiction du port des signes religieux en position d’autorité est devenu un enjeu qui mettait Justin Trudeau dans le trouble.

Et qui fournissait une caisse de munitions au chef bloquiste.

Yves-François Blanchet a eu beau jeu de se coller sur le message du populaire premier ministre du Québec pour faire le plein d’appuis.

Le chef de la CAQ n’a pas gagné son pari, toutefois.

Bien sûr, l’élection de 32 députés bloquistes au Québec a probablement privé Justin Trudeau d’une majorité à Ottawa, vu la faiblesse des conservateurs et des néo-démocrates au Québec.

Par contre, le Bloc n’a pas enregistré suffisamment de gains pour détenir la balance du pouvoir à la Chambre des communes.

La créature

Puis, le chef caquiste n’a pas mis de temps à réaliser qu’il avait ressuscité une créature à deux têtes sur laquelle il pourrait perdre l’emprise à moyen terme.

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !

Comme si le savant enivré, étourdi par un premier succès, avait perdu le contrôle des formules dans son labo !

Il a vite fait d’annoncer que son interlocuteur serait son homologue fédéral Justin Trudeau. Ça va de soi, quand même. Mais la ministre Sonia LeBel a tellement pris ses distances après une rencontre de courtoisie accordée à Yves-François Blanchet que le repositionnement caquiste ne faisait plus de doute.

Blanchet avait choisi symboliquement de tenir le premier caucus du Bloc ragaillardi à l’hôtel Hilton, tout près du parlement de Québec, dans l’espoir de poursuivre la romance.

Lebel minimise

« Ils (les bloquistes) ne feront pas le pont entre nous et le gouvernement, on va négocier de gouvernement à gouvernement », a répliqué la ministre caquiste responsable des Relations canadiennes.

Elle a même minimisé la portée de la rencontre, ajoutant qu’elle était disponible pour discuter aussi rapidement avec le conservateur Alain Rayes et le néo-démocrate Alexandre Boulerice. Ouf !

Même si le chef bloquiste a ensuite refusé publiquement d’enfiler les habits de l’amoureux éconduit, on pouvait percevoir un mur imaginaire érigé par la CAQ sur le boulevard René-Lévesque pour séparer les deux formations.

La renaissance du Bloc peut aussi avoir un effet positif sur le PQ, jusqu’ici moribond.

À l’Assemblée nationale, François Legault a soudainement durci le ton en répondant aux questions du chef parlementaire Pascal Bérubé.

« Est-ce que le PQ est en train de négocier une fusion avec Québec solidaire ? Ç’a tout l’air de ça », a vilipendé le chef caquiste, après une question sur un décret de dézonage de terres agricoles pour faire place à un centre de données de Google dans Beauharnois.

Caquistes et péquistes étaient pourtant équipiers contre libéraux et solidaires sur la laïcité, notamment, au cours de la dernière année. Les choses ont changé.

Docteur Frankenstein semble tourner le dos après avoir jaugé son œuvre...

En vrac

Catherine veut un hymne !

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Simon Clark

 

La députée indépendante de Marie-Victorin a déposé une motion inusitée en faveur de consultations pour doter le Québec d’un hymne national. La CAQ a rejeté. « Occasion manquée de s’entendre autour d’un symbole identitaire positif », a déploré Mme Fournier.

Marois et ses mémoires

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Sébastien St-Jean

 

L’ex-première ministre Pauline Marois rédige ses mémoires en vue d’un livre à paraître plus tard. « Pas question de règlements de compte », a-t-elle confié, en marge de l’inauguration de la salle qui porte son nom, mercredi, au parlement.

Les bulletins

Pierre Arcand, PLQ

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Simon Clark

 

Difficile d’expliquer pourquoi le Parti libéral a refusé une motion déplorant les « lourdes peines d’emprisonnement infligées à des politiciens catalans élus démocratiquement » en Espagne. Il faudrait se retenir de s’indigner devant l’inacceptable ? Quelle erreur. Rien pour redorer le blason du parti.

Manon Massé, QS

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Simon Clark

 

Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais ! La co-porte-parole solidaire a fait ce que la formation reproche aux « vieux partis », en favorisant un candidat à l’investiture de QS dans Jean-Talon, Frédéric Poitras. Un autre candidat, Cedrick Verrault, a signalé qu’elle bafouait la démocratie participative inscrite dans la déclaration de principes du parti.

Harold Lebel, PQ

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Simon Clark

 

Avec courage, le député de Rimouski a levé le voile sur les graves crises d’anxiété de son fils pour sensibiliser le gouvernement sur les ravages de la maladie. Toujours prompt à défendre les personnes vulnérables, l’élu a dû exposer une situation personnelle difficile pour faire comprendre l’ampleur de la problématique.

Christine Labrie, QS

Après avoir complètement asphyxié le Parti québécois avec ses positions nationalistes, il redonne vie à son frère fédéral au moyen des mêmes électrodes !
Photo Simon Clark

 

La députée de Sherbrooke a posé une question qui fait réfléchir sur les priorités de notre société. « Pourquoi on accepte que des victimes de violence conjugale qui appellent à l'aide se fassent mettre en attente pendant des semaines pour une place en maison d'hébergement ? » Une femme par mois est tuée par son conjoint ou son ex-conjoint, a signalé l’élue au Salon bleu.