/news/society
Navigation

L’industrie touristique ouverte à entreprendre un virage écologique

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL - Réunies à Place Bonaventure dans le cadre du Salon International Tourisme Voyages, plusieurs entreprises touristiques affirment vouloir entreprendre un virage écologique.

La popularité du tourisme ne se démet pas et, ce, malgré les effets écologiques néfastes du transport aérien souvent dénoncés. L’industrie touristique est consciente de la problématique et tente de trouver des solutions.

«Le tourisme est là pour rester, c’est aux compagnies aériennes de se responsabiliser, affirme l’auteur, conférencier et fondateur de l’agence Les routes du monde, Robert Bérubé. Je voudrais que tous les intervenants aient un congrès. Et là, on fait, chacun notre tour : "Hey, qu'est-ce qu'on peut faire pour améliorer nos circuits?".»

Le président fondateur de Voyages Traditours, Jacques Rodier, a commencé à offrir des bouteilles réutilisables à sa clientèle.

«Les gens vont boire en moyenne trois bouteilles par jour. On est 30 personnes. On va arrondir à 100 bouteilles, avec les guides, par jour. Nous, on offre aux gens une bouteille qui est réutilisable et on les incite fortement à l'apporter.»

Pour l’animatrice de l’émission «Lydiane autour du monde», Lydiane St-Onge, une seule solution s’impose aux voyageurs souhaitant diminuer leur empreinte écologique.

«C'est de planter des arbres. Il y a des compagnies qui font très bien ça, qui sont des compagnies qui plantent des arbres équivalents à la quantité de CO2 que tu dépenses.»

Quelques options sont donc possibles et s'offrent aux voyageurs. Elles sont encore peu nombreuses, mais demeurent un petit pas pour les nombreux touristes qui parcourent le monde.