/opinion/columnists
Navigation

Martine et le Joker

Martine Ouellet
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, Martine Ouellet est déçue d’Yves-François­­­ Blanchet.

Elle aurait fait les choses différemment.

Elle aurait plus parlé d’indépendance­­­.

Parce que madame Ouellet­­­ sait ce qu’il faut faire, oh oui !

Elle sait ce qu’il faut dire pour galvaniser les Québécois­­­ !

MÉDAILLÉE D’OR

Dans la catégorie « Je ne me prends pas pour un Seven-Up flat », Martine Ouellet remporte la médaille d’or.

Jouer à la belle-mère quand tu as une feuille de route bien remplie est une chose.

Mais faire la leçon quand tu as passé la saison à swinguer dans le vide ? Quand le seul but que tu as réussi à compter était dans ton propre filet ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Ça prend un ego en béton. Ou un manque total de lucidité. Quand tu traînes un tel passé, il me semble que tu te gardes une petite gêne.

Comme l’a écrit l’ex-ministre péquiste Pierre Duchesne : « Surprenant d’entendre le capitaine du Titanic donner, avec grande assurance, des cours de navigation sur la meilleure façon d’éviter les icebergs. »

UN VIEUX FILM

N’importe quelle personne qui a les yeux en face des trous sait que le Bloc n’a rien à gagner à jouer la carte souverainiste si tôt dans la partie qui le confronte au gouvernement Trudeau.

La souveraineté, c’est un Joker. Tu sors cette carte à la fin, pas au début !

Actuellement, la stratégie du Québec­­­ est simple : profiter de la popularité du gouvernement Legault pour défendre – de bonne foi – la société distincte québécoise dans le reste du pays.

Si cette approche nationaliste ne fonctionne pas, si même un PM québécois qui ne cesse de répéter à quel point il aime le Canada ne réussit pas à faire comprendre au reste du pays que les Québécois ont le droit de se gérer comme ils le veulent, le Bloc pourra sortir son Joker et dire que la seule issue à ce cul-de-sac est la souveraineté !

Chaque chose en son temps ! Il ne faut pas mettre la charrue devant les bœufs !

« Oui, mais on a déjà joué dans ce film-là, il s’intitulait Meech et il n’a mené à rien », me direz-vous.

C’est vrai.

Mais nous vivons à une époque qui ne connaît qu’un seul temps : le présent. Pour les jeunes, le monde est divisé en deux : l’ère moderne (de 2000 à 2019) et la préhistoire (tout ce qui vient avant 2000).

Ils n’ont pas connu Meech et ils ne savent pas ce que fut Meech.

Alors il faut tout recommencer.

À Hollywood, on appelle ça un reboot. Tu reprends l’histoire depuis les tout débuts, mais avec d’autres acteurs et un autre réalisateur.

Dans l’espoir de séduire une tout autre génération de spectateurs qui étaient trop jeunes quand la version originale est sortie...

LE MARIAGE ANNULÉ

Parlant du Bloc...

C’est assez savoureux de voir la CAQ prendre ses distances avec le Bloc.

Que voulez-vous : pendant l’élection, la CAQ pensait que le Bloc allait hériter d’une grosse fortune, alors elle lui faisait de l’œil...

Finalement, le Bloc n’a hérité que d’un beau char.

C’est mieux que le tacot que le Bloc conduisait ces dernières années. Mais ce n’est pas le trésor que la CAQ espérait.

Alors ils ont annulé le mariage, préférant faire de l’œil à Justin...