/travel/destinations
Navigation

Messmer découvre la magie du monde

ÉVA 1026 Passeport de star
Photo courtoisie Messmer à Las Vegas avec sa conjointe Sophie Béliveau.

Coup d'oeil sur cet article

Elle est loin l’époque où Messmer s’aventurait sur les routes américaines à bord d’une vieille Honda Civic 1985 tellement rouillée que l’on pouvait voir l’asphalte par les trous du plancher. Bien qu’il apprécie toujours autant sillonner les routes du Québec et des États-Unis, son métier et sa grande passion du voyage le mènent souvent vers d’autres sites fascinants comme la Place Rouge à Moscou à moins 50 oC ou encore, l’île mythique de Bora Bora en Polynésie française.

Promenade en famille à Fort Lauderdale.
Photo courtoisie
Promenade en famille à Fort Lauderdale.

JEUNE, AVEZ-VOUS BEAUCOUP VOYAGÉ EN FAMILLE ?

Voyager n’était pas la priorité de mes parents. Mon père et ma mère travaillaient comme journaliers dans une manufacture de vêtements à Saint-Césaire. Ils avaient cinq bouches à nourrir, alors nos escapades se limitaient à quelques balades en voiture. Je me souviens d’une en particulier au village western de Frontier Town dans les Adirondacks, malheureusement disparu depuis. Nous allions parfois dans de petits hôtels avec piscine dans les Cantons-de-l’Est, ce qui nous rendait mes frères, mes sœurs et moi fous comme des balais ! Mon père adorait la route, et souvent, nous partions le dimanche sur un nowhere juste pour découvrir la campagne avoisinante. La pomme n’est pas tombée loin de l’arbre, puisque comme mon père, j’adore aussi conduire.

EFFECTIVEMENT, VOUS SEMBLEZ ÊTRE UN AMOUREUX DE LA ROUTE.

Tout à fait ! Je me souviens qu’en 1997 alors que je donnais des spectacles partout à travers le Québec, j’ai dû conduire pas moins de 100 000 km. Je n’ai pas changé mes habitudes : encore aujourd’hui, c’est moi qui suis derrière le volant. En Europe, en tournée, je conduis aussi beaucoup. Je pourrais bénéficier des services d’un chauffeur, mais je préfère être au volant avec ma petite famille. Je loue un Mercedes Sprinter, semblable à un Winnebago équipé bien sûr d’une télévision, de l’internet et même d’une console de jeux. C’est confortable et pendant que je conduis, ma femme, ma fille et la nounou s’amusent ou se reposent à l’arrière.

À PART LES VOYAGES EN VOITURE, QUELS AUTRES GENRES DE VOYAGES AIMEZ-VOUS FAIRE ?

J’apprécie les croisières, car elles nous permettent de visiter plusieurs endroits en peu de temps. En plus, on y dort bien, la nourriture est d’une grande qualité et le service impeccable. Je suis un capitaine dans l’âme, j’adore naviguer. J’ai même mon propre bateau de 52 pieds. J’ai fait plusieurs croisières, à Hawaï, en Italie, et une autre en Croatie où je suis tombé sous le charme de la ville fortifiée de Dubrovnik. La terrasse du célèbre Café Buza, nichée dans le roc est l’endroit parfait pour relaxer avec un point de vue extraordinaire. Si l’envie de faire une saucette nous prend, on peut plonger des rochers directement dans une eau limpide, d’un bleu inégalé.

VOUS AVEZ AUSSI FAIT UNE CROISIÈRE À BORD DES BATEAUX DE DISNEY ?

Ce voyage m’a beaucoup plus. Celle-ci, à bord du Disney Dream, nous a menés à l’île Castaway Cay dans les Bahamas, l’île privée de Disney. Un paradis pour les enfants avec plein de jeux d’eau, les nombreuses activités offertes sont idéales pour eux. Et puis, ils peuvent rencontrer leurs personnages préférés et se faire photographier avec eux pendant toute la croisière. Certains espaces sont réservés aux adultes qui peuvent y pratiquer des activités de leur choix ou tout simplement relaxer.

VOUS AVEZ MÊME EU LA CHANCE DE VISITER LA RUSSIE ?

Le couple à  Moscou.
Photo courtoisie
Le couple à Moscou.

C’est exact ! J’ai donné une prestation pour une communauté francophone. J’ai adoré ma visite de la Place Rouge à Moscou, elle était décorée pour le temps des Fêtes et de plus, il y avait leur célèbre marché de Noël !

On m’avait recommandé d’apporter ma tuque, mon foulard, mes mitaines, mais je m’étais dit qu’en bon Québécois, je serais en mesure de braver le froid sans trop m’habiller. Grave erreur ! Il faisait environ -50 degrés Celsius ! Le froid était si intense qu’après la visite d’une seule allée du marché, il a fallu rentrer dans un magasin pour se réchauffer. Jamais je n’ai eu aussi froid de toute ma vie ! Mais l’endroit est magnifique et vaste, les rues sont aussi très larges ! Mais il y a des gardes armés partout qui arrêtent les gens de façon aléatoire pour vérifier leur identité. La sécurité est hyper renforcée à Moscou !

VOUS PASSEZ PRÈS DE 6 MOIS PAR ANNÉE EN EUROPE, PARLEZ-NOUS DONC DES ENDROITS QUE VOUS APPRÉCIEZ LE PLUS.

Bruxelles en Belgique ! Les Belges francophones ressemblent beaucoup aux Québécois, et j’y reçois toujours un accueil très chaleureux. L’un de mes endroits préférés au monde pour relaxer est le super centre de bien-être Waer Water, pas très loin de Bruxelles. Le complexe a une superficie de 12 000 mètres carrés et comprend des spas, des saunas, des bassins d’eau froide, et toutes sortes de traitements, dont plusieurs d’aromathérapie. Quand j’ai une journée de congé, c’est là que je me réfugie avec ma femme. Il m’arrive aussi de fréquenter les eaux sulfureuses des bains thermaux suisses. Ces eaux ont vraiment un effet thérapeutique.

VOUS ÊTES ALLÉ À BORA-BORA EN POLYNÉSIE FRANÇAISE À QUATRE REPRISES ?

Messmer a un véritable coup de cœur pour la Polynésie française.
Photo courtoisie
Messmer a un véritable coup de cœur pour la Polynésie française.
À Moorea en Polynésie française avec 
sa conjointe Sophie Béliveau et leur fille.
Photo courtoisie
À Moorea en Polynésie française avec sa conjointe Sophie Béliveau et leur fille.

Je me plais à dire que c’est MA place, car c’est réellement pour moi, le paradis sur terre. Il faut prendre un petit avion à Papeete, la capitale de Tahiti. J’ai eu la chance de séjourner au célèbre St. Regis Bora Bora Resort, célèbre pour ses villas sur pilotis et piscine privée. Le rêve ! Nous avons eu un immense plaisir à explorer les alentours à bord de notre petit ponton et à faire de la plongée pour nous promener à travers une extraordinaire vie marine.

PARLEZ-NOUS DE VOTRE VISITE À MOOREA.

Encore là, pour s’y rendre, il faut prendre un traversier à Papeete. Sur place, le scooter est idéal pour se balader et voir des plantations de toutes sortes. Par sa végétation, Moorea m’a rappelé le film Le Lagon bleu. Pour le reste, rarement j’ai vu une eau aussi claire. J’ai fait de la plongée à 200 pieds de profondeur et j’ai atteint ce qu’on appelle le deep blue. Je n’arrivais plus à distinguer entre le fond de l’eau et sa surface. Je ne voyais que du bleu et de gros requins qui nageaient autour de moi. Une expérience fort impressionnante ! Enfin, croyez-le ou non, j’ai mangé du pouding chômeur à Moorea et même de la poutine dans un restaurant tenu par une Québécoise et un Français : « La Canadienne ». On y sert même des spaghettis à la bolognaise ! C’était quand même bizarre de manger de la poutine à Moorea, mais ô combien réconfortant !

À Nouméa en Nouvelle-Calédonie.
Photo courtoisie
À Nouméa en Nouvelle-Calédonie.

► Pour en savoir plus, suivez notre collaboratrice Marie Poupart sur Facebook.