/travel/destinations
Navigation

Toronto sous un jour nouveau

Coup d'oeil sur cet article

 Longtemps reléguée au rang de ville ennuyante, Toronto est souvent boudée des voyageurs québécois qui lui préfèrent d’autres métropoles nord-américaines. L’animateur et globe-trotteur Jean-Michel Dufaux s’est donné comme objectif de remettre les pendules à l’heure en lançant un guide sur la Ville reine. 

Le populaire High Park
Photo Adobe Stock
Le populaire High Park

 Dans 300 raisons d’aimer Toronto, Jean-Michel Dufaux souhaite faire découvrir au public la métropole du Canada sous son véritable jour. « Quand j’ai visité Toronto pour la première fois dans les années 90, c’était une ville financière plutôt grise. Malgré tout, on voyait qu’il commençait à s’y passer quelque chose. Vingt-cinq ans plus tard, je constate à quel point l’endroit a évolué. C’est une ville moderne qui se permet d’innover. On y retrouve une grande richesse culturelle et architecturale. » 

Jean-Michel Dufaux
Photo Ben Pelosse
Jean-Michel Dufaux

 Au cours de la dernière année, ce passionné de voyage s’est rendu tous les mois à Toronto, question d’explorer ses quartiers et de vivre au rythme de ses habitants. Résultat : plus de 300 bonnes adresses de musées, d’hôtels, de restaurants, de bars et de lieux publics, parmi lesquelles figurent certains classiques, bien sûr, mais aussi ses trouvailles et ses coups de cœur. En parcourant le guide, au demeurant très bien illustré sous l’objectif de Jean-Michel Dufaux, se dégage l’impression que Toronto est une grande courtepointe de communautés issues des quatre coins de la planète. « Après New York, Toronto est la ville la plus multiculturelle que j’ai visitée. Il suffit de passer d’un quartier à l’autre pour entendre des langues de partout dans le monde. » 

Le Bar Raval
Photo tirée d’instagram @bar_raval
Le Bar Raval

 Si Toronto est une mosaïque de cultures, son identité demeure floue pour l’instant, concède-t-il. « Toronto est en train de définir son ADN. C’est une ville relativement jeune si on la compare à Montréal ou aux capitales européennes. À Toronto, les gens se foutent de tes origines. Ce qui importe, c’est ce que tu es prêt à apporter à la ville. C’est un endroit où tout est possible. » 

300 raisons d’aimer Toronto, Jean-Michel  Dufaux, Les éditions de l’homme, 288 pages
Photo courtoisie
300 raisons d’aimer Toronto, Jean-Michel Dufaux, Les éditions de l’homme, 288 pages

 Ce guide sur Toronto est le plus récent titre de la collection 300 raisons d’aimer, qui a notamment mis à l’honneur New York, San Francisco et La Havane. 

 10 bonnes raisons d’aimer Toronto 

 Le plus beau parc : Le High Park est un lieu très populaire, surtout au printemps quand les cerisiers sont en fleurs. 

 La plus grande œuvre architecturale : La Toronto Reference Library séduit à la fois par son design « mid-century modern » et son immensité. 

 La plus chouette terrasse : L’Amsterdam Brewhouse a eu l’originalité d’ouvrir un resto-bar dans un ancien hangar à bateau au bord de l’eau. Un franc succès ! 

 Le plus beau point de vue : Pour jouir d’une vue magnifique sur la ville, on prend le traversier pour Toronto Island, un parc de trois îles. On y trouve Hanlan’s Point Beach, une plage qui fait face au centre-ville. 

 La plus belle murale à photographier : Œuvre d’un jeune de 15 ans, le Rainbow tunnel est devenu une murale emblématique de la ville. 

 La microbrasserie à découvrir : Le Halo Brewery est un incontournable pour les amateurs de bonnes bières. 

 Le torréfacteur à découvrir : Du local jusqu’à la qualité des grains, j’aime tout chez De Mello Palheta. 

 Le burger le plus satisfaisant : Le Burgers n’ Fries Forever est LA place pour les amateurs de burgers, du classique au plus original. 

 Le meilleur endroit où prendre un verre : Avec sa carte de vins et ses tapas, le Bar Raval rappelle les meilleurs bars de Barcelone. 

 La meilleure option végétarienne/végétalienne : La Vegandale Brewery est une valeur sûre, au cœur d’un quartier qui rassemble plusieurs commerces végétaliens.