/sports/fighting
Navigation

Eleider Alvarez regarde devant lui

L’ancien champion des mi-lourds devrait remonter sur le ring le 18 janvier

Le boxeur Eleider Alvarez est encore en mode attente quant à l’identité de son prochain adversaire, lui qui fera un retour sur le ring en 2020.
Photo d’archives Le boxeur Eleider Alvarez est encore en mode attente quant à l’identité de son prochain adversaire, lui qui fera un retour sur le ring en 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Au cours des dernières semaines, plusieurs rumeurs ont circulé au sujet d’Eleider Alvarez. Certaines ont mentionné que l’ancien champion du monde des mi-lourds était dans un état dépressif.

Rencontré au gymnase de Marc Ramsay lundi, Alvarez a voulu remettre les pendules à l’heure.

« Non, je ne fais pas une dépression ! », a-t-il déclaré au représentant du Journal de Montréal.

Cependant, il n’a pas nié les rumeurs selon lesquelles il a eu des problèmes dans sa vie personnelle dans les derniers mois. Il n’a pas voulu entrer dans les détails de ces mésaventures.

Lors de notre passage, Alvarez était loin d’avoir l’air d’un gars déprimé. Il a démontré de l’intensité dans les exercices qu’il a eu à faire avec ses entraîneurs, Marc Ramsay et Samuel Décarie.

Depuis sa défaite contre Sergey Kovalev en février, Alvarez a eu l’occasion de faire le point avec son équipe à plusieurs reprises. Le constat est toujours le même. Il n’était pas lui-même de la première à la dernière cloche de ce duel.

« Ce n’est pas le vrai Eleider qui a fait ce combat, a affirmé le protégé de GYM. Je crois également que Kovalev a livré l’un de ses meilleurs combats en carrière contre moi.

« Lors de son affrontement contre Anthony Yarde, on a eu droit au même Kovalev vulnérable que j’ai affronté à Atlantic City. »

Comme son ami Rivas ?

On en sait un peu plus sur son retour sur le ring. Le Montréalais d’origine colombienne renouerait avec l’action le 18 janvier, au Casino Turning Stone de Verona, dans l’état de New York.

Le nom de l’adversaire n’est pas encore arrêté. Selon certains médias américains, ce serait l’Américain Michael Seals (24-2, 18 K.-O.), en finale de l’événement présenté par Top Rank. Les négociations vont bon train, mais les contrats ne sont pas encore signés.

« On est encore en mode attente. L’adversaire qu’on avait sur notre liste au départ a changé, a confirmé Alvarez. On attend maintenant la confirmation du nouvel opposant.

« Cette longue période d’inactivité m’a permis de soigner ma blessure au talon qui me dérangeait depuis longtemps. Depuis que je suis revenu au gymnase, je me sens bien. »

Au début de 2019, son bon ami Oscar Rivas est parvenu à relancer sa carrière sur la scène internationale en battant Bryant Jennings à Verona. Est-ce que cette ville du comté d’Oneida lui sourira également ? Ça sera intéressant à suivre.

Un plan clair

Après avoir connu la gloire en 2018, Alvarez a connu une année 2019 en dents de scie. En février, il a perdu son titre mondial contre Sergey Kovalev au Texas.

Par la suite, on ne l’a pas revu en action en raison d’une blessure et de plusieurs reports de combats. Il a eu des offres pour des duels en septembre et en octobre, mais les deux sont tombées à l’eau pour diverses raisons.

Il croit que la chance tournera pour lui en 2020.

« J’ai bon espoir d’avoir trois combats l’année prochaine », a conclu « Storm » qui aimerait bien revenir à l’avant-plan de la catégorie des mi-lourds.

Sur le même sujet