/entertainment/stage
Navigation

La pièce Broue immortalisée au Musée de la civilisation

La pérennité de la pièce assurée grâce au Musée de la civilisation

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le décor d’origine de Broue fait maintenant partie des collections du Musée de la civilisation. 

Coup d'oeil sur cet article

2019 est non seulement le 40e anniversaire de la création de Broue, mais c’est aussi l’année de sa renaissance. Quelques mois après qu’une nouvelle mouture eut repris le flambeau sur scène, la pièce de théâtre la plus jouée de l’histoire du Québec est maintenant immortalisée au Musée de la civilisation.

Après avoir baissé le rideau sur 3322 représentations en avril 2017, Marc Messier, Michel Côté et Marcel Gauthier ont légué au Musée de la civilisation les costumes des 18 personnages, le décor d’origine et bon nombre d’accessoires et documents d’archives.

Le trio a légué tous ses costumes à l’institution muséale. 
Photo Stevens LeBlanc
Le trio a légué tous ses costumes à l’institution muséale. 

C’est grâce à cette donation que l’exposition Broue. L’homme des tavernes permet aujourd’hui au public de déambuler dans les coulisses de ce phénomène théâtral.

Le célèbre trio de comédiens et les auteurs Louis Saïa, Claude Meunier, Francine Ruel et Jean-Pierre Plante étaient réunis mardi, à Québec, pour découvrir avec émotion et reconnaissance le travail accompli par le musée.

«Les artistes ont le privilège de voir leurs œuvres exposées dans des musées des dizaines, voire des centaines d’années après leur mort. Nous, on est chanceux, on vit ça là», s’est réjoui Michel Côté, assis devant le décor où il a joué pendant «plus de la moitié» de sa vie.

«On a l’impression d’avoir participé à quelque chose d’important dans la comédie au Québec», a commenté Marc Messier.

Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté étaient réunis mardi pour l’exposition. 
Photo Stevens LeBlanc
Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté étaient réunis mardi pour l’exposition. 

40 ans de souvenirs

Les souvenirs ont déferlé nombreux mardi, tout au long de la conférence de presse. Claude Meunier s’est remémoré avoir été appelé en renfort par les trois comédiens, paniqués, qui devaient écrire une pièce pour inaugurer leur théâtre. La pièce a pris forme «en deux ou trois semaines» grâce à un collage de neuf sketches.

«J’avais offert à Jacques Grisé et Serge Thériault, de Paul et Paul, d’écrire des sketches et ils m’ont dit que ça ne valait pas la peine, que ça allait jouer juste deux mois», s’est-il rappelé.

Seule femme de l’équipe de création, c’est à Francine Ruel qu’on doit la scène d’un homme qui pleure dans son verre de bière, joué par Michel Côté, qui avait dû insister pour qu’elle accepte d’écrire sur un lieu où elle n’avait même pas le droit d’entrer à l’époque.

Au-delà de la fiction

L’exposition invite d’abord le visiteur à entrer dans une taverne recréée avec du mobilier et des boiseries inspirées des années 1970, où un téléviseur diffuse le premier match de l’histoire entre le Canadien et les Nordiques. On emprunte ensuite un chemin qui nous mène vers la loge des comédiens, où sur écrans, ils racontent une série d’anecdotes.

Une ligne du temps, qui retrace les grands moments de la pièce, nous mène en arrière-scène où sont exposés les 18 costumes, avant le point culminant de l’exposition : le décor d’origine.

L’occasion était belle pour le musée d’explorer, parallèlement, le phénomène révolu des tavernes interdites aux femmes.

Une salle est entièrement consacrée aux 66 photos documentaires d’Alain Chagnon, un photographe qui a pris en images de vrais hommes des tavernes en 1973, mettant en lumière le contexte social dans lequel la pièce est née, à l’époque de la montée du féminisme et du nationalisme.

Alors que cette époque est derrière nous, pourquoi parle-t-on encore autant de Broue après 40 ans? «Broue, c’est nous», résume de façon toute simple le directeur général du Musée de la civilisation, Stéphan La Roche.


► L’exposition est en place jusqu’au 3 janvier 2021. La pièce Broue, reprise par Martin Drainville, Luc Guérin et Benoît Brière, est en tournée partout au Québec jusqu’en 2021.