/entertainment/music
Navigation

Fin du boycott de Michael Jackson

Les radios recommencent à jouer ses chansons

mode de star 13 fevrier 2016
Photo d’archives, AFP La diffusion de Leaving Neverland n’a pas eu beaucoup d’impact sur l’héritage de Michael Jackson.

Coup d'oeil sur cet article

Michael Jackson est sorti du purgatoire. Les radios, dont Rythme FM, ont recommencé à faire tourner ses chansons. Il enregistre des hausses d’écoute en continu. Les contrecoups de Leaving Neverland auront été de courte durée.

Diffusé sur HBO en mars, le documentaire avait créé une onde de choc en présentant les témoignages de Wade Robson et James Safechuck, deux hommes qui affirmaient avoir été agressés sexuellement par Jackson alors qu’ils étaient respectivement âgés de 7 et 10 ans.

Au Québec, Rythme FM et The Beat, deux antennes appartenant à Cogeco Média, avaient arrêté de diffuser les pièces du chanteur. « L’hiver dernier, les gens réagissaient beaucoup, rappelle la directrice des communications de l’entreprise, Christine Dicaire. C’était assez virulent. Il valait mieux prendre du recul et évaluer la situation. »

C’est ainsi qu’au cours des dernières semaines, The Beat et Rythme FM ont ramené le catalogue du défunt « King of pop » en ondes. Et aucune station n’a reçu de plaintes d’auditeurs. « Leur réponse a été positive », assure Christine Dicaire.

Un héritage trop fort

Même son de cloche du côté du réseau de musique en continu Stingray, qui avait retiré les chansons de Jackson de certaines chaînes qu’il détient, mais jamais aussi radicalement qu’il l’avait fait pour d’autres artistes accusés d’inconduite sexuelle, comme Gary Glitter, R. Kelly ou Hedley.

« Le fort héritage musical de Michael Jackson nous a compliqué la tâche, commente son directeur des programmes et contenus, Patrick Binette. Les réactions étaient 50-50. Étonnamment, plusieurs personnes nous demandaient de garder ses chansons. »

Fait à signaler : Jackson n’a toujours pas réintégré les chaînes de vidéoclips de Stingray, ni même ses applications de karaoké destinées aux familles. Sur YouTube, par contre, les clips des années 1980 du chanteur (Billie Jean, Beat it) continuent d’accumuler­­­ des centaines de milliers de visionnements quotidiens, et Thriller demeurera l’une des chansons les plus jouées jeudi, jour du 31 octobre. Selon une étude du site internet Play Like Mum, le tube de 1983 apparaît sur 92 listes de lecture de l’Halloween sur Spotify, plus que n’importe quelle autre pièce.

Faible impact

Par ailleurs, la punition infligée à Michael Jackson semble être terminée aux États-Unis. Bien qu’en compilant les données de Nielsen Music, Billboard ait noté une chute d’audience radio de 32 % pour l’artiste depuis Leaving Neverland, ses succès n’ont jamais enregistré de baisse d’écoute en streaming.

« Leaving Neverland n’a pas changé grand-chose, résume le chroniqueur musical Mike Gauthier. Ceux qui croyaient [qu’il avait agressé sexuellement des enfants] y croient encore, et ceux qui n’y croyaient pas n’y croient pas plus. Cette histoire a fessé plus fort socialement que musicalement. »