/portemonnaie/entrepreneurship
Navigation

Entretien avec une experte en relations publiques pour l'industrie du cannabis

Coup d'oeil sur cet article

 Après quelques années à travailler comme pigiste en relations publiques, Alla Malyezyk a décidé de créer Fresh Press, sa propre entreprise de communication spécialisée dans le cannabis au mois d’août dernier. 

 On s’est entretenu avec l’entrepreneure de 26 ans pour savoir ce que ça implique d’être un acteur névralgique dans un domaine aussi florissant. 

 Comment décrirais-tu Fresh Press? 

 Alla : On est un collectif d’experts en cannabis qui offrent plusieurs services, des relations de presse à l’image de marque en passant par la stratégie de contenu. 

 Nous avons plusieurs types de clients, allant de producteurs licenciés aux entreprises québécoises d’accessoires liés au cannabis 

 De mon côté, je me spécialise en stratégie de marque, stratégie de contenu et en partenariat et je me charge de choisir les meilleurs collaborateurs pour m’aider à accomplir la tâche demandée. 

L'un des logos de Fresh Press
Courtoisie
L'un des logos de Fresh Press

  

 Quels sont les enjeux spécifiques à cette industrie? 

 Alla : Même si c’est légal de consommer du cannabis, ça reste encore tabou. L’image du fumeux de pot un peu bum est difficile à effacer pour monsieur et madame Tout-le-monde. 

 Établir un plan de communication à ce sujet représente donc tout un défi. 

 Il faut notamment trouver des manières de s’éloigner de ces stéréotypes tout en captant l’attention des gens et en exprimant le message du client. 

Courtoisie

 Étant donné que c’est une nouvelle industrie, il y a énormément de zones grises en matière de légalité. 

 C’est très large et pointu à la fois puisqu’il n’y a pratiquement pas de précédent. Ça fait en sorte que tous les moves faits en communication représentent un backlash potentiel. 

 Qu’est-ce qui explique qu’il y ait une forte demande en termes de gestion des communications dans ce domaine? 

 Alla : C’est un milieu unique avec son lot de particularités. Par exemple, les entreprises de cannabis sont soumises à des lois de promotion extrêmement strictes. 

 Elles ne peuvent pas faire de publicité comme n’importe qui. Elles ont donc besoin de nous pour promouvoir leurs produits à travers des relations publiques ou de la stratégie marketing et ainsi faire passer leur message différemment. 

Unsplash

  

 Qu’est-ce qui t’a poussée à te lancer là-dedans? 

 Alla : J’ai toujours été allergique au 9 à 5 et j’ai un penchant pour tout ce qui est alternatif donc naturellement, j’ai eu une fascination pour le cannabis. 

 Après mon bac en relations publiques, il était clair que je ne voulais pas travailler en agence, alors je me suis lancée à la pige. 

 Suite à la légalisation, j’ai observé l’industrie se développer et j’ai rapidement vu une opportunité intéressante en communication puisque c’était un marché émergent où tout était à faire. 

 Je me suis dit que c’était une occasion en or de participer à la création d’une toute nouvelle industrie et de faire ma marque. J’ai donc monté une liste de collaborateurs que je connaissais du milieu et j’ai mis sur pied Fresh Press. 

 Que veux-tu accomplir à long terme avec Fresh Press? 

 Alla : Pour l’instant, je me concentre à bâtir ma marque au Québec, mais éventuellement j’aimerais exporter mon savoir-faire ailleurs sur la planète et devenir un leader dans l’industrie.
 

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux